Aller au contenu principal

Des outils pour piloter au mieux son irrigation

Près de 70 personnes ont participé au rendez-vous technique maraîchage, mardi 26 septembre à l'EARL Beaujean, à Sainte-Gemmes-sur-Loire.

© AA

Optimiser l'irrigation en maraîchage. C'était l'un des thèmes abordés lors du rendez-vous technique organisé par le CDDL (Comité départemental de développement légumier), mardi 26 septembre. à Sainte-Gemmes-sur-Loire, près de 70 personnes ont découvert quelques outils d'aide à la décision pour mieux piloter leur irrigation.

Mesurer la quantité d'eau  dans le sol
Selon une enquête menée par le CDDL sur les pratiques d'irrigation des producteurs de légumes en Maine-et-Loire, « la très grande majorité des répondants se base sur  une observation de la culture pour savoir s'il y a besoin d'une irrigation ou non », relève Maëlle Depriester, chef de projet de l'étude. « Les outils d'aide à la décision sont aussi très peu utilisés. » Parmi ceux présentés au cours de l'après-midi, les sondes tensiométriques et capacitives. L'entreprise Agralis services, par exemple, propose des sondes capacitives avec son service agronomique. Avec des capteurs placés à différents niveaux, les sondes mesurent le volume d'eau présent dans le sol. Les données fournies par les capteurs sont enregistrées et transformées en une courbe que l'on retrouve sur l'ordinateur. Cette courbe permet aux maraîchers de piloter leur irrigation.

Programmer
D'après l'enquête du CDDL, 60 % des producteurs ont automatisé tout ou partie de leur irrigation. La programmation est plus développée pour les abris. Ainsi, de nouvelles technologies se sont développées sur les programmateurs pour faciliter leur utilisation. L'entreprise SymavalPro a présenté des programmateurs avec connexion bluetooth (marque Solem).

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 29 septembre.

Lors du rendez-vous technique maraîchage, l'entreprise Fertil'éveil, qui propose du compost et du paillage, a présenté une machine prototype : une pailleuse créée par l'entreprise Rabaud. La machine permet d'épandre la paille plus rapidement. Le principe ? Une fois la botte de paille mise dans la trémie, il suffit de déplacer la machine en marchant pour pailler le sol. Le prototype n'est pas encore commercialisé. (cf vidéo)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités