Aller au contenu principal

Des parcelles de semences durement touchées dans la Vallée

Après les pluies diluviennes du 11 juin, l’heure est au bilan. La FDSEA a invité la DDT sur le terrain pour constater les dégâts.

Sur l’Ile Saint-Aubin, l’eau est montée jusqu’à 1 mètre. Bruno Menet montre à Eric Roux de la DDT que la première coupe est anéantie.
Sur l’Ile Saint-Aubin, l’eau est montée jusqu’à 1 mètre. Bruno Menet montre à Eric Roux de la DDT que la première coupe est anéantie.
© AA

Le 11 juin, plus de 80 mm d’eau se sont abattus sur la Vallée.   à Saint-Mathurin-sur-Loire, des parcelles entières se sont retrouvées sous l’eau pendant plusieurs jours, occasionnant des dégâts importants. Alertée par un groupe d’agriculteurs, la FDSEA a invité la DDT à se déplacer sur le terrain pour constater les dégâts et envisager des solutions.

Fossés mal entretenus
Les dégâts, concentrés dans les points bas, sont dus à l’excès de pluie (plus de 150 mm en 15 jours), mais aussi au manque d’entretien des fossés qui empêchent l’évacuation des eaux. Pour
Emmanuel Lachaize qui représentait la FDSEA, cette situation n’est pas normale : « les agriculteurs de Loire-Authion ont alerté les élus lors d’un conseil municipal en mai dernier. Une cartographie des fossés à entretenir a été réalisée par les agriculteurs mais depuis rien n’a bougé ».

Des dégâts importants
Des parcelles de chanvre, maïs et haricot semences ont baigné dans 20 à 30 cm d’eau pendant plusieurs jours. Difficile aujourd’hui d’évaluer les dégâts mais certaines parcelles ne seront pas ressemées, pour d’autres il faut encore attendre pour savoir si elles seront déclassées.
Pour les producteurs, c’est une année compliquée qui s’annonce. Le système des calamités agricoles ne peut être déclenché faute d’atteindre le seuil de perte suffisant. Seuls les dispositifs assurantiels peuvent prendre le relai, mais il n’existe pas d’assurance sur le chanvre, en maïs le déclenchement ne se fait que si les dégâts atteignent 25 % et pour les haricots, l’excès d’eau n’est pas pris en charge.

Décidément, le sort s’acharne sur les éleveurs des Basses vallées angevines. Après avoir été sortis du classement des zones défavorisées, ils ont, une nouvelle fois, subi une crue qui a noyé plusieurs milliers d’hectares pendant plusieurs jours à partir du 11 juin. La FDSEA et la Chambre d’agriculture ont demandé à l’administration la mise en place d’une procédure calamités agricoles. Une mission d’enquête s’est déplacée sur cinq exploitations touchées le 4 juillet.

Une première coupe catastrophique
Le constat est un peu partout le même : la 1ère coupe de foin est très compromise car l’herbe a pourri et des limons se sont déposés dans les parcelles. Pour Bruno Menet, qui exploite une cinquantaine d’hectares dans l’Ile Saint-Aubin,« cette première coupe servira au mieux de litière pour les vaches. Et il faut de toute façon nettoyer les parcelles pour avoir du regain en septembre ». Et pourtant 2018 s’annonçait comme une bonne année. Pour les éleveurs, c’est un nouveau coup dur après l’inondation de 2016.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Défendre des ruralités vivantes
Les acteurs de la ruralité des Pays de la Loire ont présenté, mercredi 1er juin, leur manifeste pour des ruralités vivantes au…
Jeune installé et plein d’énergie
Thomas Grimault s’est installé le 1er février 2020 à Brion, au sein du Gaec Plein Air. L’agriculteur de 24 ans est lauréat du…
Malgré les crises, Terrena croit en l’avenir de la volaille

La grippe aviaire a bien sûr fait partie des sujets abordés lors de l’assemblée générale de Terrena, mardi 31 mai à Angers. La…

Maïs semences : des surfaces quasi à l’identique
En Anjou, les multiplicateurs de semences de maïs ont implanté 6 150 ha ce printemps : 3 150 avec Cerience (filiale semences de…
L’orge détériorée par la sécheresse
Début des moissons dans le Maine-et-Loire. Reportage à l'EARL la Grande Touche à St Florent le Vieil. Nicolas Cadiou a battu son…
Attirer les oiseaux ailleurs pour limiter les dégâts
Depuis 3 ans, Limagrain Europe teste une nouvelle solution pour lutter contre les dégâts de corbeaux et de pigeons sur les semis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois