Aller au contenu principal

Sanitaire
Des perspectives intéressantes avec l'indicateur génomique en paratuberculose

Le Groupement de défense sanitaire de Maine-et-Loire organise plusieurs matinées d’information. Au programme de ces Matinales, l’indicateur génomique en paratuberculose. Le point avec Jean-Claude Coste, président du GDS 49.

Jean-Claude Coste, président du GDS Maine-et-Loire
© AA

En quoi consiste l’indicateur génomique en paratuberculose, au programme des Matinales du GDS Maine-et-Loire ?
L’indicateur génomique Paradigm ouvre des perspectives intéressantes dans la lutte contre la paratuberculose. C’est un programme de recherche entamé il y a plusieurs années par les GDS du Grand Ouest et les organismes de sélection. Ce programme est financé par GDS France, Apis-Gene, ainsi que l’Inrae, qui met aussi du personnel à disposition.
Il s’agit de détecter, grâce à un prélèvement de sang, de cartilage ou même de poils, si les animaux sont résistants ou pas à la paratuberculose.  
Le programme intéresse beaucoup les organismes de sélection qui pourront sélectionner des taureaux résistants à la maladie. Des indicateurs sur taureaux doivent normalement sortir au printemps.


Quand l’outil Paradigm sera-t-il à disposition des éleveurs ?
Tout cela ne se fait pas en un claquement de doigts. Nous manquons encore d’échantillons pour acquérir des références génomiques. Nous recrutons des éleveurs qui puissent mettre leurs génisses à disposition pour faire des prélèvements. Ce qui est prévu, c’est une mise en route du programme courant du premier semestre 2022 pour la race prim’hosltein et un peu plus tard pour les normandes.


Que faire si les tests génomiques détectent des animaux sensibles à la paratuberculose  ?
Contrairement à la BVD ou l’IBR, la paratuberculose n’est pas une maladie réglementée. Il appartiendra donc à l’éleveur de décider, en fonction du potentiel génétique de l’animal, s’il élimine un animal porteur du gène de sensibilité à la paratuberculose. En tant que GDS, nous estimons qu’il est mieux pour les élevages d’agir en amont, plutôt que d’avoir à procéder à des plans d’assainissement. 


Propos recueillis par S.H.  

Les dates des Matinales

Le GDS Maine et Loire propose des réunions d’informations sous forme de matinales. Il sera présenté : la vie du GDS 49, le rapport d’activités 2021, le point à date des projets GDS (indicateur génomique en paratuberculose, mortellaro, purpura...), ainsi qu’un point sur la néosporose.
 - Mercredi 2 février, 10 h - 13 h, salle Joly Bourg, Montilliers
- Vendredi 4 février, 10 h - 13 h, ccra - salle de conférence,  Baugé
- Mercredi 9 février, 10 h - 13 h, salle Jean Monnet, Saint Macaire-en-Mauges
- Jeudi 10 février 10 h - 13 h, salle René Goujon, Tiercé
- Mercredi 16 février 10 h - 13 h, foyer communal, Neuvy-en-Mauges.

Inscription (Pass sanitaire obligatoire) par téléphone au 02 41 33 61 01 ou par mail à :
alicia.jambille.gds49@reseaugds.com

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Des moutons dans le verger
 Les Fruits d’Altho, à Morannes sur Sarthe-Daumeray, produisent pommes et poires sur 125 ha. Les arboriculteurs, Thomas et…
« Une phase de fragilité comme on n’en a jamais connue en volaille »
Nathalie Langereau, responsable du dossier volaille à la FDSEA49.
Le Maine-et-Loire, un département diversifié majoritairement tourné vers l'élevage
En Maine-et-Loire, le recensement agricole 2020 dénombre 5 245 exploitations agricoles.* Le nombre d’exploitations…
Distraire au quotidien les poules pondeuses confinées
Déjà 2 mois que les poules pondeuses plein air  ne sortent plus... La faute aux mesures de biosécurité pour lutter contre la…
Quelles méthodes alternatives au glyphosate et à quel coût ?
 La disparition progressive des matières actives amène les producteurs à explorer différentes solutions.
380,15 € en prix de base sur janvier et février
Christophe Cesbron, producteur à Chemillé en Anjou et président de la nouvelle association de producteurs Lactalis, l’APLSL.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois