Aller au contenu principal

Maïs
Des silos remplis de grains

La campagne 2023 se clôture avec la récolte du maïs grain dans le département. Bien que provisoires, les rendements s'annoncent supérieurs à la moyenne, comme au Gaec des Julinières.

40 à 45 ha de maïs grain sont destinés à la fabrique d'aliments à la ferme.
© AA

"Le maïs est une super plante, s'extasie Fabien Bossé. Elle est capable de produire beaucoup de biomasse avec peu d'eau. En 2022, malgré les épisodes caniculaires, et avec seulement 100 mm d'irrigation, j'ai pu obtenir un rendement de presque 100 q/ha". À la tête d'un atelier porc naisseur-engraisseur de 200 truies et un troupeau de 200 mères blonde d'Aquitaine, le Gaec des Julinières, à Ombrée-d'Anjou (Le Tremblay), consacre 60 ha à la culture du maïs grain. Près de 45 ha sont destinés à la fabrique d'aliments à la ferme, le reste entre dans la ration des taurillons. "Si on ajoute les  surfaces de blé, d'orge et de pois, nous cultivons près de 130 ha pour nourrir nos animaux, détaille-t-il. Malgré cela, nous ne sommes qu'à 72% autonomes".

Réserves collinaires

Pour sécuriser la production du maïs, culture principale de l'exploitation, les quatre associés ont investi dans l'irrigation dès 1985, grâce notamment à trois réserves collinaires (des étangs de 40 000, 50 000 et 20 000 m3). Une assurance qui leur permet d'obtenir les 500 t annuelles de maïs grain nécessaires. "Mais cette année, nous n'avons pas eu besoin de beaucoup irriguer, rappelle-t-il. La météo était favorable à la croissance du maïs. Les rendements devraient atteindre les 100 q/ha sec, même sur les parcelles non irriguées". Ailleurs, Fabien Bossé espère récolter 110 à 120 q/ha sec, soit un rendement supérieur "de 15 à 20 q" par rapport à la moyenne de l'exploitation. Des bons rendements qui devraient être la norme pour cette campagne dans le département, voire la région des Pays de la Loire. "Les rendements en maïs grain, certes provisoires, s'annoncent supérieurs de 10 quintaux à la moyenne 2018-2022", communiquait Agreste dans son bilan de conjoncture grandes cultures du 1er octobre.

Débit de chantier élevé

Mardi matin, la Lexion 750 attaquait la deuxième partie du chantier de récolte de maïs grain sur l'exploitation du Gaec des Julinières. La moissonneuse-batteuse de la Cuma des éleveurs du Tremblay affichait un débit de chantier élevé dans la parcelle. "Elle récolte 300 q/h, juge Fabien Bossé. Elle est bien plus rapide que la vis de notre silo de stockage qui avale 200 q/h : il va falloir faire une pause". Les bennes prévues pour transporter le maïs grain du champ au silo n'ont pas suffi face à la machine, qui entame sa quatrième campagne, à raison de 200 à 250 ha par an. Dans le silo, le maïs grain, récolté à un taux d'humidité de 35%, est inerté pour être conservé toute l'année. Dans la parcelle restent les chaumes, dans l'attente des travaux préalables au semis direct du blé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Les asperges blanches représentent 80% de la consommation mais 95% de la production française.
Fleuron d'Anjou recherche des producteurs d'asperges
La coopérative Fleuron d'Anjou veut développer la production d'asperges, visant un volume de 1 000 T à 5 ans. Elle recherche des…
Encore trop d'eau pour les semis

Les mauvaises conditions d'implantation des céréales d'automne ont induit un basculement des surfaces vers des variétés de…

Laurent Martin contrôle la production de ses panneaux sur son téléphone. L'optimiseur des onduleurs permet de superviser les modules (température, production, ampérage) et sécurise l'installation.
Une stabulation pour les vaches grâce au photovoltaïque
Éleveur de charolaises à Lys-Haut-Layon, Laurent Martin a financé la construction d'une stabulation pour son troupeau allaitant…
Entre 12 et 15 cm de hauteur d'herbe chez Jonathan Bertrand. Sorties 10 jours fin mars, ses vaches sont à nouveau consignées à l'intérieur, faute de portance.
Mise à l'herbe : de timides débuts

Limités jusqu'ici par la portance des sols, certains éleveurs se sont décidés à mettre à l'herbe des animaux, avec parfois des…

Daniel Rochard (JRC Solaire) et Christophe Cesbron (Serres JRC). A droite : les nouveaux haubans photovoltaïques.
Plus d'autonomie énergétique avec les haubans photovoltaïques
JRC Solaire conçoit des haubans photovoltaïques visant à accroître l'autonomie énergétique des exploitations maraîchères et…
Guillaume Aubert élève un troupeau de 65 vaches montbéliardes. Il est associé avec ses parents et son frère au sein du Gaec des Alezanes.
Autonome pour l'insémination de son troupeau laitier

Éleveur au Louroux-Béconnais, Guillaume Aubert a suivi une formation à l'insémination avec Innoval. Depuis, il a vu les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois