Aller au contenu principal

Des synergies entre légumineuses, vers de terre et bactéries

A l’occasion de la 2e Journée de l’agrodiversité, l’Esa et la Chambre d’agriculture ont proposé des pistes pour optimiser les interactions entre vie du sol et diversité du couvert végétal.

Nathalie Cassagne, enseignant-chercheur à l’ésa, présente les résultats du programme “Safari” dans l’un des amphis de l’école, à Angers, vendredi 22 février.
Nathalie Cassagne, enseignant-chercheur à l’ésa, présente les résultats du programme “Safari” dans l’un des amphis de l’école, à Angers, vendredi 22 février.
© AA

Des vers de terre, du trèfle ou de la féverole, de la biomasse microbienne en quantité suffisante. Le cocktail idéal pour de bons rendements en céréales. Au cours de la 2e Journée de l’agrodiversité à Angers, vendredi 22 février, l’Esa, l’association Base et la Chambre d’agriculture ont notamment communiqué des résultats d’essais sur le rapport entre vie du sol et associations de cultures.

Dénommé “Safari”, ce programme est piloté par l’unité de recherche ésa-Inra “Légumineuses, écophysiologie végétale, agroécologie”. Et cofinancé par les régions Pays-de-la-Loire et Bretagne, et Végépolys. Il part du constat « de la nécessité de diversifier les systèmes de cultures pour les rendre plus résilients et durables, en lien avec la réduction des phytos », souligne Nathalie Cassagne, enseignant-chercheur à l’ésa, co-responsable de “Safari”.

Comment les plantes compagnes et les vers de terre agissent-ils sur les performances des céréales ? C’est la 1ère piste explorée par le programme. à travers un protocole expérimental intégrant différentes espèces de lombrics (endogés et anéciques, les plus longs, ceux qui creusent les galeries verticales), du blé tendre “Renan” seul ou en mélange variétal, et associé ou non à une légumineuse.

« On a constaté que la présence d’anéciques et endogés améliore l’acquisition d’azote au niveau des racines et des feuilles de blé, lorsque celui-ci est associé au trèfle hybride », rapporte Nathalie Cassagne.

Grâce à leur travail de minéralisation de la matière organique, les vers de terre réduisent la compétition entre les variétés de blé. De son côté, le trèfle fixant l’azote de l’air comme toute légumineuse, il n’entre pas non plus en concurrence avec le blé pour l’assimilation des ressources du sol. « On peut en déduire une synergie entre le trèfle et les vers de terre », résume Nathalie Cassagne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités