Aller au contenu principal

Des vendanges précoces pour une filière inquiète

Cette année 2020 est décidément particulière pour la filière viticole. Après les taxes Trump et le Covid, la culture tire à nouveau la couverture sur elle, avec des vendanges très précoces.

S’il est trop tôt pour se prononcer sur la qualité, la quantité sera au rendez-vous pour les vendanges.
S’il est trop tôt pour se prononcer sur la qualité, la quantité sera au rendez-vous pour les vendanges.
© AA

Précoces, hétérogènes mais prometteuses. Voici les trois mots qui résument les vendanges 2020. Une campagne marquée par l’incidence de la pandémie, mais également par les taxes Trump.


Le Covid aurait pu être pire
« Pour le moment, la récolte se présente bien. Dans trois semaines, 80 % du vignoble sera récolté, et la qualité semble être au rendez-vous », estime Olivier Brault, viticulteur à Brissac-Quincé et membre du comité d’orientation stratégique d’InterLoire. Si les vendanges sont extrêmement précoces, c’est bien le Covid qui a rythmé l’année des viticulteurs. « Les vins de Loire, dans l’ensemble, ne s’en sortent pas si mal ». Cependant, la situation est très hétérogène, et « les pétillants ont été à la peine, tout comme de nombreux domaines en fonction de leur canaux de commercialisation ». La pandémie a été un accélérateur de changements de consommation, confirmant ainsi la tendance lourde de la nette progression des rosés. S’il est tôt pour tirer un bilan définitif, Olivier Brault relativise, car cela aurait pu être bien pire. « L’enjeu, c’est de ne pas perdre trop de part de marchés et de capacités d’investissement. Si le futur est plein d’incertitudes, c’est certain qu’il va falloir sortir de la sinistrose et rebondir ».


Les taxes Trump : un poids en plus
Comme si la pandémie ne suffisait pas à refroidir les ardeurs des viticulteurs ligériens, la taxe Trump a été prolongée de 6 mois début août. Pour rappel,  les États-Unis avaient taxé les vins français tranquilles, titrant moins de 14°, à hauteur de 25 %, en réaction à des subventions accordées par l’Europe à l’aéronautique, notamment à Airbus. « On est pris en otage, ce n’est pas normal que ce soit la viticulture qui vienne en aide à Airbus », déplore Olivier Brault. Les viticulteurs français demandent à être indemnisés pour les pertes. En effet, le marché aux états-Unis était de plus en plus florissant, la qualité française s’y exportant aisément. « En France, c’est la viticulture qui trinque, alors qu’on a de gros enjeux, que ce soit sur le changement climatique ou en termes de renouvellement », résume le viticulteur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Dans un contexte de crise sanitaire, les Caves de la Loire tirent leur épin
La veille de leur assemblée générale, jeudi 18 février, les Caves de la Loire ont tenu une conférence de presse. L’occasion de…
La carte des cours d'eau mise à jour
Une nouvelle version de la carte des cours d’eau du Maine-et-Loire vient d’être publiée. Les agriculteurs doivent en tenir compte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités