Aller au contenu principal

Syndical
Deux projets de loi cruciaux pour l’agriculture

FDSEA et JA  ont rencontré les parlementaires sur deux dossiers majeurs du moment examinés  par l’Assemblée nationale et le Sénat.

La FDSEA et JA ont rencontré les parlementaires Philippe Bolo, Stéphane Piednoir, Joël Bigot, ou encore Denis Masséglia

Revenu des agriculteurs : 
renforcer la loi Egalim
Les résultats attendus de la loi EGAlim en matière de rémunération des agriculteurs n’étant pas à la hauteur, FNSEA et JA ont demandé un texte permettant de renforcer le dispositif, sans pour autant le dénaturer. En effet, la construction du prix en marche avant reste un point stratégique de ce projet de Loi. C’est ce qu’ont porté les responsables FDSEA et JA du Maine et Loire lors de leur rencontre avec les parlementaires vendredi 11 juin. 
Le projet de Loi contient quelques éléments intéressants tels que la contractualisation obligatoire à toutes les filières et la part de la matière première agricole qui est rendue non négociable dans la relation commerciale entre l’industriel et le distributeur. 
Pour Clément Traineau, secrétaire général des Jeunes agriculteurs, 
« le maillon faible encore aujourd’hui de ce « correctif de la loi Egalim » est l’absence d’éléments sur la diffusion obligatoire d’un indicateur coût de production et la prise en compte de cet indicateur comme élément principal de la formation des prix au sein des contrats afin de garantir un véritable effet sur le prix payé aux producteurs ». « Ces éléments étaient déjà identifiés comme cruciaux lors de la première loi Egalim, et ils n’ont pas été retenus. Ils le sont tout autant aujourd’hui alors ne faîtes pas la même erreur » a rappelé Emmanuel Lachaize, Président de la FDSEA.
S’ajoutent quelques points restant à améliorer : que la négociation entre agriculteurs et entreprises se fasse obligatoirement avant les négociations avec les GMS pour permettre une réelle construction du prix en marche avant, que la loi s’applique également aux marques des distributeurs, une nécessité de renforcer l’étiquetage de l’origine des produits et enfin interdire les clauses d’alignement concurrentielles apparues dans certains contrats laitiers. « On se met d’accord sur une formule de détermination du prix et à la fin on s’aligne sur le concurrent le moins disant. Ça n’a pas de sens » s’énerve Frédéric Vincent, président de la fédération départementale laitière.

Lutte contre le dérèglement 
climatique : un projet de loi examiné au Sénat
« On a l’impression d’être confronté à un nouveau texte pour épaissir le mille-feuille réglementaire, qui se trouve sur certains points en incohérence avec des réglementations existantes » s’étonne Emmanuel Lachaize. A titre d’exemple, le texte prévoit de protéger les milieux aquatiques mais sans prendre en compte les besoins des activités humaines, il faut réduire les prélèvements d’eau alors que le président de la République et le ministre de l’Agriculture et de l'Alimentation viennent de lancer le Varenne de l’eau et sans en attendre les conclusions, il prévoit de réduire les émissions d’ammoniaque par les engrais azotés en appliquant une redevance plutôt que d’avoir une politique volontaire qui donne des solutions. « Chaque agriculteur est parfaitement conscient du dérèglement climatique et qu’il faudra y apporter des solutions. La FNSEA y travaille depuis longtemps et en a fait son rapport d’orientation l’an dernier. Nous avons donc toute légitimité à faire des propositions sur ce projet de Loi » a rappelé Anthony Ménard, responsable du dossier environnement à la FDSEA.

 

Paroles d'élus

La parole des élus en période électorale : besoin de cohérence et de soutien de toutes les agricultures
La campagne pour les élections régionales et départementales est l’occasion pour nos élus de la République de prendre la parole auprès de différents groupes d’électeurs potentiels, dont les agriculteurs, ce qui est le jeu normal de tout scrutin électoral. Par contre, il n’est pas entendable que ces mêmes élus aient un discours contradictoire en fonction de leurs interlocuteurs, qu’ils opposent les systèmes agricoles par vision électoraliste. La FDSEA 49 et JA 49 demandent de la cohérence et du pragmatisme pour que toutes les agricultures angevines soient défendues avec la même conviction.
Frédéric Robert, Secrétaire général FDSEA 49
Clément Traineau, Secrétaire général JA 49
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Un été globalement chaud et sec en perspective
Le ressenti actuel ne doit pas nous influencer. D’après Météo France, le scénario “plus chaud et plus sec que la normale” est le…
Moissonner entre deux averses
Dans le Maine-et-Loire, quelques agriculteurs ont trouvé des créneaux pour battre leur orge. Mais la plupart attendent un temps…
Blé : les choses sérieuses ont commencé
Colza, orge et maintenant blé  : le Gaec des Deux frontières enchaîne les chantiers à un rythme soutenu. Reportage à La…
Des petites graines et une grande aventure
A 35 ans, François Boissinot est installé depuis le 1er juillet. Il a repris une ferme de 35 hectares au Lion-d’Angers. Il y…
Un meilleur contrôle du transfert des parts sociales
Visite du Député Jean-Bernard Sempastous qui porte un projet de loi portant sur les « mesures d’urgence pour assurer la…
Les plantes médicinales ont besoin de bras
L'été est une période d'intense activité à l'entreprise Promoplantes à Chanzeaux. Avec de gros besoins en main-d'œuvre, pour la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités