Aller au contenu principal

Végétal spécialisé
Dimension mondiale : Végépolys a dix-huit mois pour faire ses preuves

Un audit a mis en avant le manque d’envergure internationale du pôle. Végépolys a gardé sa dimension mondiale, mais la remet en jeu dans dix-huit mois.

Lors d’une conférence de presse, Michel Velé, président de Végépolys, et trois porteurs de projets labellisés par le pôle :  Pierre Chicoteau (Saponines), Fredrick Filliatreau (Biodiversité et paysage en Saumur-Champigny), Jean-Paul Bargeolle (Clavitom).
Lors d’une conférence de presse, Michel Velé, président de Végépolys, et trois porteurs de projets labellisés par le pôle : Pierre Chicoteau (Saponines), Fredrick Filliatreau (Biodiversité et paysage en Saumur-Champigny), Jean-Paul Bargeolle (Clavitom).
© AA

Végépolys a conservé de justesse, cet été, sa vocation mondiale. L’audit réalisé en début d’année par le gouvernement avait mis en avant un certain nombre de faiblesses. Principaux griefs : un pôle pas assez orienté « international » et peu lisible, avec ses huit filières associées. Végépolys a été prié de revoir sa copie. Un nouvel audit sera réalisé dans dix-huit mois, « pour confirmer dans les faits ce qu’on a affirmé », résume Michel Velé, président de Végépolys. Pour mener à bien cette mission, un nouveau directeur a été recruté, Gino Boismorin, directeur adjoint de la Chambre régionale d’agriculture. Le pôle s’est doté d’une feuille de route. « Notre objectif, c’est de répondre aux attentes de la société en matière de végétal : l’alimentation et la nutrition, la santé et le bien-être, le cadre de vie et l’environnement, et le développement durable », détaille Michel Velé. À ce jour, entre 50 et 60 projets de recherche collaboratifs sont labellisés par Végépolys, émanant souvent de petites, moyennes ou très petites entreprises, avec des budgets généralement inférieurs à 1 million d’euros. En cela, le pôle se différencie beaucoup des pôles de compétitivité dans l’industrie par exemple, qui mobilisent, eux, de lourds capitaux. Végépolys compte 200 adhérents.

Recherche internationale
Pour développer la dimension internationale, un plan d’action a été élaboré et une chargée de mission embauchée. Elle a notamment pour mission d’organiser le Pim, plant international meeting (prochaine édition en 2010), d’organiser la présence de plusieurs entreprises ligériennes sous la bannière commune Végépolys sur des salons (à Berlin pour les fruits et légumes) ou lors de missions à l’étranger (Chine…). Végépolys entend booster la recherche internationale, en rassemblant des cerveaux autour de projets communs, sur des sujets qui dépassent largement les frontières : dans le projet Clavitom, qui recherche des moyens de détection d’ une bactérie de la tomate (voir ci-dessous), les travaux associeront des équipes néerlandaises et allemandes.

S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Fermes en fête : le pari réussi des JA49
Après une trop longue période et un contexte qui n’a pas permis au réseau JA de se retrouver. Fermes en Fête relance la dynamique…
Cibler les adventices pour utiliser moins de produits phyto
Mercredi 26 mai, à Saint-Macaire du Bois, les équipes Berthoud ont présenté leur nouvelle solution de pulvérisation ultra…
Terrena veut ouvrir l’ère de l’Agriculture à Impacts Positifs
L’AG de Terrena s’est déroulée mardi 15 juin, en présentiel au Centre des congrès d’Angers et avec une retransmission en live en…
Valentin s'installe dans une ferme laitière en pleine mutation
 A 25 ans, Valentin Leclerc s’est installé au 1er janvier avec son père Emile, qui élève des normandes à Saint- Martin-du-Bois,…
Deux projets de loi cruciaux pour l’agriculture
FDSEA et JA  ont rencontré les parlementaires sur deux dossiers majeurs du moment examinés  par l’Assemblée nationale et le Sénat.
La hausse des prix et la pénurie des matériaux inquiètent
Acier, cuivre, matières plastiques, bois... Après une chute mondiale en 2020, les prix de ces matières premières connaissent…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités