Aller au contenu principal

Cravi
Directive bien-être du poulet de chair : encore des imprécisions

Des points de la directive, à préciser, ont été abordés le 24 septembre.

La directive européenne du bien-être du poulet de chair a été transposée en droit français le 28 juin 2010. Si cet arrêté reprend en l’état les différents points de la directive européenne, quelques détails restent à préciser avec l’administration quand à leur mise en œuvre concrète. Ces points ont été développés à l’occasion de la réunion du Comité régional avicole (Cravi) du 24 septembre dernier. Ce nouveau texte concerne tous les élevages de poulets de chair à l’exception des élevages de poulets en agriculture biologique, les poulets de chair élevés en plein-air, les élevages de moins de 500 poulets, les élevages de poulets reproducteurs et les couvoirs.
En fonction des densités pratiquées dans l’élevage, ce texte fixe des normes spécifiques concernant principalement l’éclairage, les conditions d’ambiance mais aussi le niveau de mortalité. Le seuil de référence est désormais de 33 kg/m². Avec une demande de dérogation, il est possible d’aller à 39 kg/m² voire 42 kg/m², ce qui est le maximum.
L’aviculteur qui souhaite augmenter sa densité d’élevage au-delà des 33 kg/m² devra également appliquer des mesures spécifiques supplémentaires (normes d’ambiance chiffrées, calcul du taux de mortalité journalier, inspection post mortem à l’abattoir…).

Des obligations de base
Quelle que soit la densité de l’élevage, les aviculteurs concernés par la directive devront respecter une dizaine de prescriptions. La majorité reprenant des opérations déjà effectuées par les éleveurs et concernant l’abreuvement, la litière, la ventilation, le chauffage.
La nouveauté réside dans le fait que l’éleveur doit justifier de ses compétences pour élever des poulets de chair. Pour les éleveurs qui élèvent du poulet de chair depuis plus d’un an au 28 juin 2010, une demande de reconnaissance de formation au bien-être devra être adressée à la préfecture. Les modalités de demande sont aussi en cours de finalisation avec l’administration, étant envisagé que les demandes soient regroupées via les organisations de production.
Pour les jeunes installés depuis moins d’un an au 28 juin 2010, une formation de sept jours financée par Vivéa devra être réalisée dans un centre de formation agréé à moins qu’ils aient suivi une formation diplômante comprenant un module relatif au bien-être des poulets de chair
Concernant la luminosité, la directive exige un éclairage de 20 lux minimum sur 80 % de la surface du poulailler avec au moins 6 heures d’obscurité par 24 h à partir du 7e jour d’élevage et jusqu’aux trois derniers jours avant abattage. « Quels seront les moyens mis à la disposition des éleveurs pour mesurer les 20 lux ?», interroge Jean-François Ramond, président du Cravi. « De même, les éleveurs pourront-ils agir sans intervention du vétérinaire en cas de problèmes particuliers comme la mortalité précoce, le cannibalisme ou le picage ? ». Dans ces cas précis, la profession a obtenu la possibilité que l’éleveur intervienne immédiatement  sur la luminosité, en prévenant par téléphone son vétérinaire mais sans en attendre la visite.
Pour ce qui est de vérifier les 20 lux, il est demandé aux organisations de production de s’équiper d’appareil de mesure.
Reste en suspens l’application de cette obligation dans les bâtiments Louisiane et les bâtiments ouverts. Une prochaine réunion avec la DGAL doit avoir lieu pour avancer sur les points encore en négociation.

Céline JOLY

Isabelle Leballeur, co-responsable du dossier pour la CFA

« Pas de quoi s’alarmer »

L’enquête avicole des Chambres d’agriculture a mis en évidence que plus de 94 % des lots (1 seul enlèvement) ont une densité supérieure à 33 kg/m2 et que plus de la moitié  (55 %) ont une densité supérieure à 39 kg.
« Ces chiffres ne doivent pas alarmer les éleveurs. Depuis le début des négociations sur cette directive, nous savions que les densités françaises étaient supérieures à celles proposées dans la directive. Ce fut un combat de longue haleine mais nous sommes arrivés à obtenir 2 paliers de dérogation à 39 et 42 kg/m² afin de limiter la perte de revenu des élevages. En contre partie, des mesures spécifiques devront être appliquées. Certaines sont encore en négociation mais nous faisons notre maximum au niveau de la Confédération française de l’aviculture (CFA) pour que ces mesures soient applicables sur le terrain sans être trop contraignantes », explique Isabelle Leballeur, co-responsable du dossier pour la CFA.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Les mesures qui impactent l'agriculture
Issue des propositions de la convention citoyenne, la loi Climat a été adoptée par une large majorité en 1ère lecture à l’…
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Régis Baudouin
Face à l’ampleur des dégâts, il veut protéger tout son verger contre le gel
A Villebernier, l'arboriculteur Régis Baudouin estime avoir perdu plus de la moitié de sa production de fruits à cause des gelées…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités