Aller au contenu principal

Festi élevage
Du 7 au 9 septembre à Chemillé

Un numéro spécial de huit pages à découvrir en encartage dans l'Anjou agricole du 31 août 2012.

© AA

édito de Claude Cesbron, président de Festi élevage

Non, l’élevage n’est pas mort !

Cette année nous souhaitons mettre en évidence l’importance de l’élevage sur la vie de notre département.
Le scénario apocalyptique qui vient de nous être décrit est sans doute quelque peu pessimiste, mais c’est bien ce que l’on peut craindre si l’élevage venait à disparaître du Maine-et-Loire.
Notre profession contribue à créer de nombreux emplois tant en amont qu’en aval de notre production, ce qui permet de maintenir une densité de population importante dans nos campagnes, et c’est toute la vie économique, associative, culturelle, sportive de nos communes qui en bénéficie.
Certes, avec la flambée des cours des céréales, de nombreux éleveurs se posent des questions sur la rentabilité de leur exploitation. La tentation est grande de vendre les vaches pour cultiver plus, mais pour cela il faut que les trois quarts d’entre nous disparaissent pour que les quelques restants aient assez de surface. Dans notre zone d’élevage, une bonne partie des terres n’est pas cultivable, ou de qualité médiocre. C’est bien l’élevage qui valorise le mieux ces terres-là.
Et puis, nous pouvons raisonnablement penser que les prix de nos produits vont progresser puisque la demande est aujourd’hui supérieure à l’offre, notamment en viande bovine. Enfin, je pense que Festi élevage est un merveilleux antidote à la morosité quand on voit les mines réjouies des éleveurs et des sponsors qui exposent à Chemillé. Ce rassemblement annuel vient renforcer la passion des producteurs qui croient toujours en leur métier.
Non, l’élevage ne peut pas mourir.
Vive le 18ème Festi élevage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Protéger les tournesols des oiseaux
Le Gaec de la Coudre utilise depuis 3 ans un canon Tonnfort 5 sur ses parcelles de tournesols. Le but : lutter contre les…
Le chantier de l’unité Doué-Métha enfin sur les rails
Dix ans après le début du projet, le chantier de l’unité de méthanisation collective du Douessin a démarré à Concourson-sur-Layon…
Roulage avant semis de maïs dans la luzerne
A Pruillé (Longuenée-en-Anjou), Samuel Aubert cherche à concilier agriculture biologique avec agriculture de conservation des…
Une météo idéale pour les semis
Le Gaec du Thouet a commencé les semis de maïs depuis la semaine dernière. A Bouzillé, depuis 2 ans, l’exploitation en…
Cultures : la pluie se fait attendre...
Le déficit hydrique commence à inquiéter les agriculteurs du Maine-et-Loire.
Influenza : organiser le repeuplement
Le Cravi a tenu une réunion vendredi 6 mai à Angers en présence de la Draaf. Le début du repeuplement est programmé pour début…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois