Aller au contenu principal

Du bon sens dans ses parcelles

Depuis un an, une démarche collective d’échanges parcellaires a vu le jour sur la commune de Montrevault-sur-èvre, intéressant à ce jour une quinzaine d’agriculteurs, pour un total de 85 ha.

Cette parcelle de 6 ha va rejoindre le Gaec de la Pouplinière à l’automne et sera destinée au pâturage. L’échange aura fait intervenir 4 agriculteurs, l’actuel propriétaire devant faire 15 km pour y accéder.
Cette parcelle de 6 ha va rejoindre le Gaec de la Pouplinière à l’automne et sera destinée au pâturage. L’échange aura fait intervenir 4 agriculteurs, l’actuel propriétaire devant faire 15 km pour y accéder.
© AA

"N’étant pas maîtres des prix, nous avons dû réfléchir sur les leviers que nous pouvions actionner afin de réduire le temps de travail, notamment lorsqu’il n’apporte pas directement une valeur ajoutée, comme tous les temps liés au transport, qui sont aussi facteurs de coûts ». L’idée d’un échange collectif de parcelles a été proposée en mars 2017 aux élus de la commune de Montrevault, qui ont donné leur soutien.

« Le process est uniquement engagé à l’échelle de St-Rémy pour l’instant, car un périmètre plus large aurait pu être compliqué à gérer pour commencer. Notre but est que cela s’étende et donc de montrer des exemples qui ont fonctionné », complète Jean-Pierre Emeriau, éleveur laitier installé sur la commune de St-Rémy-en-Mauges et président du CRDA des Mauges. A ce jour, 15 agriculteurs sont engagés, pour des échanges de parcelles totalisant une surface de 85 ha.

Emmanuel Garreau, chargé de mission en aménagement du territoire au sein de la Chambre d’agriculture, explique que « les objectifs d’un échange sont soit de rapprocher des parcelles du siège de l’exploitation, ce qui facilite les conditions de travail et augmente la surface de pâturage, soit de modifier la forme de certaines parcelles pour les rendre irrigables ou faciliter les manœuvres ». Pour l’agriculteur, cela permet de « redonner de l’ergonomie à une ferme pour qu’elle soit plus opérationnelle, tout en rationnalisant le travail ».

« Nous avons demandé à la commune de Montrevault si elle pouvait aussi soutenir financièrement le projet », explique l’agriculteur. En effet, il faut compter un coût administratif d’environ
300 €/ha, frais de notaire inclus. Mais dans notre cas, un financement complémentaire, notamment de l’Ademe, a permis de réduire ce coût à 100 €/ha. Pour Emmanuel Garreau, ce coût ne doit pas être un obstacle : « en moins de deux ans, et en comptant large, on voit un retour sur l’investissement ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Fermes en fête : le pari réussi des JA49
Après une trop longue période et un contexte qui n’a pas permis au réseau JA de se retrouver. Fermes en Fête relance la dynamique…
Cibler les adventices pour utiliser moins de produits phyto
Mercredi 26 mai, à Saint-Macaire du Bois, les équipes Berthoud ont présenté leur nouvelle solution de pulvérisation ultra…
Terrena veut ouvrir l’ère de l’Agriculture à Impacts Positifs
L’AG de Terrena s’est déroulée mardi 15 juin, en présentiel au Centre des congrès d’Angers et avec une retransmission en live en…
Valentin s'installe dans une ferme laitière en pleine mutation
 A 25 ans, Valentin Leclerc s’est installé au 1er janvier avec son père Emile, qui élève des normandes à Saint- Martin-du-Bois,…
Deux projets de loi cruciaux pour l’agriculture
FDSEA et JA  ont rencontré les parlementaires sur deux dossiers majeurs du moment examinés  par l’Assemblée nationale et le Sénat.
La hausse des prix et la pénurie des matériaux inquiètent
Acier, cuivre, matières plastiques, bois... Après une chute mondiale en 2020, les prix de ces matières premières connaissent…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités