Aller au contenu principal

Découverte
Du champagne bicentenaire

Une équipe de plongeurs a découvert, en mer Baltique, une trentaine de flacons de champagne qui daterait d’avant la Révolution française.

© REUSSIR

Une équipe de plongeurs a remonté d’une épave en mer Baltique une bouteille de ce qu’elle pense être le plus vieux cham-pagne encore buvable dans le monde, probablement un flacon de Veuve Clicquot qui pourrait avoir été envoyé par Louis XVI dans les années 1780. La sensationnelle découverte du vin bicentenaire, encore effervescent et « au goût fabuleux », selon une œnologue, a été faite par 55 mètres de fond au large des îles Aaland, un archipel situé à mi-chemin entre les côtes suédoises et finlandaises. «  Nous sommes en contact avec (le fabricant de champagne) Moët & Chandon et il est sûr, à 98 %, qu’il s’agit de Veuve Clicquot », a déclaré Christian Ekström, le chef de l’équipe de plongeurs qui a trouvé le flacon. « Il y a une ancre sur le bouchon, et il (Moët & Chandon) me dit qu’il est le seul à avoir utilisé cet emblème » en Champagne, explique-t-il.
La découverte remonte au 6 juillet, mais l’équipe a gardé le secret jusque-là, plus de trente flacons au moins se trouvant encore dans les eaux de la Baltique qui leur ont valu de traverser les siècles dans des conditions parfaites : absence de lumière et température froide constante. « Selon nos archives, la bouteille est des années 1780. Or, Veuve Clicquot a commencé sa production en 1772, et ensuite les premières cuvées ont été élevées pendant dix ans, donc ça ne peut pas être avant 1782. Et cela ne peut pas être après 1788-89, avec la Révolution française qui a paralysé la production », dit-il. « Si c’était bien le cas, ça serait absolument fantastique, les premières bouteilles produites » du champagne de la célèbre appellation, souligne-t-il. Il s’agirait également du plus vieux cham-pagne buvable au monde, un record actuellement détenu par un Perrier-Jouet de 1825 dégusté l’an dernier par des œnologues en Grande-Bretagne.
La bouteille, en très bon état mais sans étiquette, a été fabriquée à la main et son bouchon porte la mention Juclar, des lacs d’Andorre d’où viendrait le liège.Ella Grüssner Cromwell-Morgan, une œnologue d’Aaland, évalue le prix de départ de chaque bouteille pour une mise aux enchères à environ 500 000 couronnes suédoises (53 000 euros). « Mais s’il s’agissait du vin de Louis XVI, cela pourrait dépasser plusieurs millions », dit-elle.
Une réunion avec les autorités locales d’Aaland doit avoir lieu pour décider à qui revient le contenu de l’épave. Le petit archipel suédophone, quoique rattaché de la Finlande, a un gouvernement local autonome.


AFR AVEC L’AFP

Un rendement en hausse de 9 %


L’interprofession souhaite réguler les excédents d’ici trois ans.

Le rendement de la vendange 2010 en Cham-pagne a été fixé le 19 juillet à 10 500 kilos par hectare, en hausse de près de 9 % par
rapport à 2009, pour répondre à la reprise des expéditions, a-t-on appris auprès del’interprofession. L’accord est intervenu  après de nombreuses heures de négociations entre les représentants du vignoble qui souhaitaient 10 800 kg/ha et ceux des maisons de champagne qui espéraient un rendement inférieur à 10 000 kg/ha pour encourager le déstockage. « Nous donnons un signe de sérénité pour montrer à tous que la crise de 2009 est bien derrière nous », a expliqué Ghislain de Montgolfier, le président du Comité interprofessionnel des vins de cham-pagne (CIVC).
« Le souci des grandes maisons, et de la Champagne en général, est toujours de réduire les stocks, et avec des rendements raisonnables, nous pensons arriver à une régulation des excédents d’ici trois ans », a poursuivi Ghislain de Montgolfier. En 2009, pour faire face
à la crise des expéditions, l’interprofession s’était accordée sur une récolte de 9 700 kg/h, alors qu’en 2008 avec des ventes de champagne en pleine euphorie, le rendement avait été fixé à 13 000 kg/ha, soit l’équivalent de 373 millions de bouteilles.
Les premiers coups de sécateurs devraient intervenir vers le 15 septembre, avec un état sanitaire très satisfaisant et une taille des grappes qui laisse espérer une très belle vendange.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités