Aller au contenu principal

Du jour au lendemain sans débouchés

A Angrie, François Grosbois élève des volailles de chair en plein air pour des circuits courts et de la vente directe. L’influenza aviaire n’a pas touché son élevage mais elle a quand même des conséquences sur sa ferme.

« Quand le virus a été détecté dans un élevage de canards à Val d’Erdre Auxence, le 2 mars, mon exploitation s’est retrouvée en zone surveillée », explique le jeune agriculteur. « Je n’ai ni le droit de livrer mes volailles vers d’autres élevages, ce qui représente 2/3 de mes débouchés, ni le droit de les emmener dans un abattoir en dehors de la zone surveillée… » Le reste de sa production partant pour l’abattoir Le Gars Daudet à Fromentières en Mayenne. « Du jour au lendemain, je me suis retrouvé avec des volailles saines sans aucun débouché. » Malgré de nombreuses demandes auprès la DDPP de la part de l’éleveur et de l’abattoir, aucun compromis n’a pu être trouvé. Les réponses de l’administration le rendent encore perplexe…  « On m’a indiqué d’apporter mes volailles dans des abattoirs en sud Maine-et-Loire, Vendée ou Deux-Sèvres. Pour cela, il faut que je traverse des zones avec beaucoup de contaminations… »

Difficile de trouver un nouveau circuit de commercialisation
Changer de circuit de commercialisation, en plein contexte de crise sanitaire, n’est pas simple. « J’ai contacté de gros abattoirs comme Galliance qui refusait, au départ, de prendre mes volailles sous prétexte que je ne fais pas partie de leurs adhérents… »  Au final, l’éleveur est arrivé à faire abattre par Galliance 2 500 coqs pour un autre groupe. « J’ai été rémunéré 65 cts le kilo alors qu’en temps normal, on est plus vers du 2,5 à 3 € le kilo… » Près de 25 000 volailles sont encore présentes sur les 2 sites de production de l’exploitation. « Les lots les plus vieux ont 25 semaines. Normalement, les volailles partent à 20 semaines. J’ai un peu l’impression de nourrir tout le monde pour rien… Aujourd’hui, tout est encore commercialisable. » L’éleveur attend avec impatience l’apparition d’un futur arrêté qui devrait renforcer les mesures de prévention. « Aujourd’hui, je ne sais pas quand, comment et à quel prix mes volailles vont pouvoir partir », note l’éleveur qui pense encore pouvoir les commercialiser. « Je préfère que ça ne parte qu’à 65 cts le kilo plutôt que ce soit un véritable gâchis alimentaire… »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’Anjou bloque à son tour

Alors que le mouvement de colère du monde agricole s’étale désormais sur toute la France, la FDSEA et les JA49 ont entamé une…

Lisa Gourdon profite d'une pause pour reprendre de l'énergie grâce au pique nique distribué à l'échangeur de la Plesse, sur l'axe Angers-Rennes.
Mobilisée au cœur du cortège
Pour certains agriculteurs présents dans le convoi jeudi 1er février, il s'agissait de leur première manifestation. Comme Lisa…
Solidaires, les entrepreneurs bloquent l'A11

Lundi matin dès 6h, les entrepreneurs des territoires (EDT) du Maine-et-Loire ont bloqué l'A11 dans les 2 sens, entre les…

Jeudi 18 janvier, à l'appel de la FDSEA et des JA 49, des agriculteurs de tout le département se sont rassemblés devant l'usine Lactalis pour bloquer l'entrée des camions sur le site de Saint-Florent le Vieil.
Lactalis sous pression

La semaine dernière, les agriculteurs se sont mobilisés pour soutenir l'Unell, principale organisation de producteurs livrant…

Retour sur la manifestation du 1er février à Angers : opération escargot

Plusieurs centaines d'agriculteurs de la FDSEA et des JA Maine-et-Loire, jeudi 1er février, pour défendre le revenu et appeler…

Continuer à apporter des solutions pour la maîtrise des charges

L'Union des Cuma Pays de la Loire - section Maine-et-Loire a tenu son assemblée générale vendredi 26 janvier au Campus de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois