Aller au contenu principal

Vie des entreprises
Du local dans les auges

Aux Cerqueux, Agri Pasquier est une filiale du groupe Pasquier spécialisée dans la nutrition animale. Depuis le 1er avril, Agri Pasquier a développé un nouveau partenariat avec le négoce agricole deux-sévrien Cosset. Le but : poursuivre son approvisionnement local.

L'entreprise Pasquier est plus connue pour ses viennoiseries, pâtisseries et biscottes industrielles que pour son activité de nutrition animale. Pourtant, les 2 activités ont été créées à la même époque, en 1974. « Quand le boulanger du village Gabriel Pasquier faisait sa tournée de pain, il livrait en même temps l’aliment du bétail », raconte Cédric Bouriau, responsable commercial d’Agri Pasquier. « Au moment du décès de leur père, les 5 fils Pasquier reprennent l’activité familiale et décide de proposer leur briochette, protégée par un sachet, dans les grandes surfaces. Et les agriculteurs locaux ont aidé les fils Pasquier à financer leur premier four à pain... » Aujourd’hui, cette proximité entre les agriculteurs et le groupe agro-industriel perdure à travers sa filiale Agri Pasquier. Aliments pour ruminants, gibiers, porcs, pondeuses, Pet food ou flocons... L’entreprise vend, chaque année, 100 000 tonnes d’aliments. « Nous sommes à la fois fabricant mais aussi négoce d’aliments, précise Cédric Bouriau. Seuls, les aliments ruminants et les flocons sont produits sur le site des Cerqueux. » Les 2 productions représentent 73 % du chiffre d’affaires de la filiale Pasquier. Plus de 800 éleveurs achètent des aliments ruminants Agri Pasquier.
 

Elargir l’offre de services pour les éleveurs
L’entreprise s’évertue à s’approvisionner localement pour ses matières premières. « L’orge et le blé sont toujours locaux. » Pour la protéine, la recherche des sources locales est plus complexe. « Avec la conjoncture, la protéine locale coûte plus cher que faire venir du soja d’outre Atlantique... » Pour trouver son indépendance protéique, Agri Pasquier développe des partenariats avec des négoces agricoles locaux. Le dernier en date est celui conclu avec l’entreprise Cosset, basée à St Pompain (79). L’entreprise deux-sévrienne collecte 250 000 t. de céréales par an. « Jusque-là, elle était spécialisée dans la production végétale. » Dorénavant, avec ce nouveau partenariat, elle propose aussi à ses clients éleveurs de l’aliment de la gamme Agri Pasquier. « Nous mettons nos compétences en nutrition animale au profit de l’entreprise Cosset. L’idée était de proposer une offre de services du champ à l’auge. » De son côté, l’entreprise Cosset livrera une partie des céréales collectées à l’usine de Cerqueux. « Les éleveurs qui travaillent avec Cosset pourront aussi bénéficier d’échange céréales-aliment et même protéine-aliment. » Les céréales et/ou les protéines seront réincorporées à un pourcentage prédéfini en fonction de l’aliment relivré. « Ce partenariat permettra d’apporter de l’autonomie aux éleveurs et sécuriser leur système. » Au-delà de l’intérêt pour les éleveurs, le groupe Pasquier y voit aussi un intérêt pour son activité viennoiseries et pâtisseries : « l’entreprise Cosset collecte du blé panifiable et des oléo-protéagineux... Nouer ce type de partenariats locaux nous permet d’arrêter d’être dépendant d’autres pays et de subir des pénuries... »  
Ce cercle vertueux du local est déjà développé au sein du groupe Pasquier : « les œufs utilisés dans la fabrication des brioches et des pâtisseries proviennent de 2 élevages de pondeuses nourries avec des aliments Agri Pasquier, note Cédric Bouriau. Les coproduits de l’activité biscotte sont revalorisés dans l’alimentation du bétail. » La boucle est bouclée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Protéger les tournesols des oiseaux
Le Gaec de la Coudre utilise depuis 3 ans un canon Tonnfort 5 sur ses parcelles de tournesols. Le but : lutter contre les…
Le chantier de l’unité Doué-Métha enfin sur les rails
Dix ans après le début du projet, le chantier de l’unité de méthanisation collective du Douessin a démarré à Concourson-sur-Layon…
Roulage avant semis de maïs dans la luzerne
A Pruillé (Longuenée-en-Anjou), Samuel Aubert cherche à concilier agriculture biologique avec agriculture de conservation des…
Une météo idéale pour les semis
Le Gaec du Thouet a commencé les semis de maïs depuis la semaine dernière. A Bouzillé, depuis 2 ans, l’exploitation en…
Cultures : la pluie se fait attendre...
Le déficit hydrique commence à inquiéter les agriculteurs du Maine-et-Loire.
Influenza : organiser le repeuplement
Le Cravi a tenu une réunion vendredi 6 mai à Angers en présence de la Draaf. Le début du repeuplement est programmé pour début…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois