Aller au contenu principal

Du sorgho en affouragement en vert

Au Gaec de la Gaignardière, à Saint-Saturnin-sur-Loire, on a semé du sorgho multi-coupe pour les vaches. Une franche réussite.

© Lachambre

Au vu des difficultés récentes du maïs, la diversification de la ration apparaît comme indispensable dans les exploitations. C’est cette volonté qui a animé Frédéric Lachambre lorsqu’il a implanté du sorgho multi-coupe pour la première fois, en mai dernier.


Au moins trois coupes
En production laitière, avec 800 000 litres de lait, les 160 ha du Gaec sont en conversion bio, et une réflexion globale est menée sur la ration des animaux. « On essaie de diversifier au maximum et de diminuer la part du maïs », détaille Frédéric Lachambre. Toutes les parcelles n’étant pas irriguées, l’objectif était de trouver une culture peu gourmande en eau et qui permet un approvisionnement en fourrage durant l’été. En effet, ce sorgho est donné en affouragement vert, à raison de 4 kg par jour, par vache. C’est avec une auto-chargeuse Schuitemaker que les éleveurs procèdent. Ces derniers sont en plein dans la 3e coupe, avec une belle qualité et une quantité intéressante. « On met environ 15 jours pour récolter nos 5 ha », confie l’éleveur. La première coupe a été destinée à de l’ensilage, avec un rendement avoisinant les 5 tMS/ha, et une hauteur de coupe de 1,30 m. Cette coupe s’est effectuée aux alentours du 15 juillet, et la repousse a été bonne, « grâce à la pluie d’août. Cela nous a permis de sortir 2 tMS/ha en affouragement vert à la deuxième coupe », se réjouit Frédéric Lachambre. Un apport non négligeable au vu des résultats moyens en maïs ensilage. La coupe pour l’affouragement en vert s’effectue moins haute que pour l’ensilage, aux alentours de 40 cm. En dessous, le risque d’intoxication à l’acide cyanhydrique est élevé. De manière générale, de 2 à 5 coupes peuvent être réalisées. « On verra si on peut faire une autre coupe dans l’année, en fonction des conditions ». De plus, « l’appétence est bonne, les vaches apprécient cet aliment », témoigne Frédéric Lachambre.

 

Article complet dans l'Anjou Agricole du 2 octobre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités