Aller au contenu principal

InterLoire
Dynamisation des marchés et dialogue dans la filière pour 2010

Le budget 2010 a été voté sans les vins de Bourgueil.

L’assemblée générale d’InterLoire s’est tenue à huis clos, dans un contexte de crise interne. En effet, l’assemblée générale, qui s’est déroulée le 22 décembre pour voter le budget 2010, « a pris acte, avec regret, de la décision de Bourgueil de quitter InterLoire, conformément aux statuts, à compter du 31 décembre 2010 », indique la structure dans un communiqué. Le président Patrice Laurendeau, approuvé par les membres de l’assemblée générale, a souhaité cependant que 2010 soit mis à profit pour intensifier le dialogue avec les appellations, dont certaines ont manifesté leurs désaccords avec des orientations de l’interprofession, notamment en matière de niveau de cotisation interprofessionnelle. Un conseil exécutif exceptionnel, réuni préalablement à l’assemblée générale, avait d’ailleurs souligné que l’interprofession avait vocation à rassembler et non à diviser. 2010 sera donc une année de dialogue et de concertation.
En présentant un budget (voté à l’unanimité) de dépenses globales de 10,305 K€ pour 8,883 K€ de recettes de cotisations interprofessionnelles, InterLoire mobilise une partie de ses réserves afin de dynamiser les marchés français et export. Valoriser le vignoble par le développement de la notoriété et de l’image des appellations et soutenir les ventes de l’ensemble de ses metteurs en marché sont les deux axes stratégiques pour 2010.
En France, les moyens seront concentrés sur la mise en avant de ses appellations sur les points de vente, à travers une campagne d’information et de promotion, et accompagnée d’une large campagne media, relations presse et relations publiques et le développement du tourisme viticole.
À l’export, l’interprofession mettra en œuvre l’année II de son programme publi-promotionnel sur les pays tiers (USA, Russie, Chine et Japon) en collaboration avec les vins du Centre et renforcera ses activités sur le cœur du marché européen qui constitue près de 70 % de ses ventes à l’export (UK, Belgique, Pays-Bas, Allemagne). InterLoire et les vins du Centre testeront également une approche au Canada. Sur le plan technique et qualité, InterLoire poursuivra le soutien au développement et à la recherche expérimentale, et portera une attention particulière au transfert d’informations.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Un été globalement chaud et sec en perspective
Le ressenti actuel ne doit pas nous influencer. D’après Météo France, le scénario “plus chaud et plus sec que la normale” est le…
Moissonner entre deux averses
Dans le Maine-et-Loire, quelques agriculteurs ont trouvé des créneaux pour battre leur orge. Mais la plupart attendent un temps…
Du lait, des gîtes... et du lombricompost
A Saint-Georges des Gardes, les éleveurs Anne et Nicolas Berder ne produisent pas que du lait. Ils sont aussi lombriculteurs et s…
L’agro-écologie en pratique lors de la session Chambre
Lundi 28 juin, à St Pierre-Montlimart, la Chambre d’agriculture du Maine-et-Loire a abordé le thème de l’agro-écologie lors de sa…
Blé : les choses sérieuses ont commencé
Colza, orge et maintenant blé  : le Gaec des Deux frontières enchaîne les chantiers à un rythme soutenu. Reportage à La…
Un meilleur contrôle du transfert des parts sociales
Visite du Député Jean-Bernard Sempastous qui porte un projet de loi portant sur les « mesures d’urgence pour assurer la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités