Aller au contenu principal

Ecophyto 2 : le gouvernement fait «cavalier seul» (industriels)

L’Union des industries de la protection des plantes (UIPP) a dénoncé le 27 octobre «de nouvelles mesures punitives» suite à la présentation la veille d’Ecophyto 2, reprochant au gouvernement de faire «cavalier seul» avec son plan de baisse du recours aux phytos.

© AA

« Nous regrettons que le gouvernement fasse cavalier seul, déclare la DG Eugénia Pommaret dans un communiqué. Seul au niveau européen, car la France est l’unique pays à adopter des objectifs de réduction ne tenant pas compte de la réalité agronomique. Seul au niveau national, car le projet d’ordonnance de CEPP (Certificats d’économie de produits phytos) n’a pas fait l’objet de discussion avec les parties-prenantes.»


L’UIPP affirme qu’Ecophyto 2 nuit à la compétitivité de la ferme France. Déplorant son approche quantitative, elle prône des indicateurs tenant compte de la réduction des impacts environnementaux et sanitaires des produits. L’organisation s’oppose aux CEPP, « dispositifs contraignants et punitifs, sans étude d’impact économique préalable »« En allant au-delà de la réglementation européenne, cette disposition est totalement contradictoire avec le moratoire sur les normes environnementales annoncé par le Premier ministre », considère Eugénia Pommaret.

Les grandes lignes du plan Ecophyto 2


Ecophyto 2 réaffirme un objectif de diminution du recours aux phytos: -25% d’ici 2020 via l’«optimisation des systèmes de production» et -25% supplémentaires à l’horizon 2025 grâce à des «mutations plus profondes».


Il décline 30 actions en 6 axes qui visent notamment à faire évoluer les pratiques et systèmes agricoles. Une des seules mesures contraignantes de ce plan sera la mise en place de certificats d'économie de produits phytos, au sujet desquels le niveau des objectifs à atteindre comme le montant des pénalités reste encore à débattre.


On souligne toutefois au ministère que ces objectifs devront être cohérents avec ceux du plan, et que le montant de la pénalité devra s'aligner sur la marge nette dégagée par le distributeur sur la vente du produit.


Ces éléments seront « établis en concertation avec les parties prenantes », souligne le communiqué. La déclinaison pratique d’Ecophyto 2 sera présentée le 4 novembre.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Des moutons dans le verger
 Les Fruits d’Altho, à Morannes sur Sarthe-Daumeray, produisent pommes et poires sur 125 ha. Les arboriculteurs, Thomas et…
« Une phase de fragilité comme on n’en a jamais connue en volaille »
Nathalie Langereau, responsable du dossier volaille à la FDSEA49.
Le Maine-et-Loire, un département diversifié majoritairement tourné vers l'élevage
En Maine-et-Loire, le recensement agricole 2020 dénombre 5 245 exploitations agricoles.* Le nombre d’exploitations…
Distraire au quotidien les poules pondeuses confinées
Déjà 2 mois que les poules pondeuses plein air  ne sortent plus... La faute aux mesures de biosécurité pour lutter contre la…
Quelles méthodes alternatives au glyphosate et à quel coût ?
 La disparition progressive des matières actives amène les producteurs à explorer différentes solutions.
380,15 € en prix de base sur janvier et février
Christophe Cesbron, producteur à Chemillé en Anjou et président de la nouvelle association de producteurs Lactalis, l’APLSL.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois