Aller au contenu principal

EDT : des chantiers un peu plus précoces

Grâce à une météo favorable, les chantiers de moisson de céréales à paille ont pu se dérouler correctement, les entreprises ayant intégré les contraintes liées à la crise sanitaire. Des moissons 2020 marquées par une baisse de rendement, parfois très conséquente, un déficit de paille, mais une qualité de grain généralement au rendez-vous.

Moisson de blé par la SARL Maugeais-Piton, située à Saint-Pierre-Montlimart. Le rendement est en baisse de 25 à 30 % pour les clients de cette entreprise.
Moisson de blé par la SARL Maugeais-Piton, située à Saint-Pierre-Montlimart. Le rendement est en baisse de 25 à 30 % pour les clients de cette entreprise.
© SARL Maugeais-Piton

« Les chantiers se sont organisés sans affolement cette année, il faut dire que la météo était de notre côté, explique Antoine Piton, entrepreneur à Saint-Pierre-Montlimart. C’était même bizarre, car c’est moi qui appelait les agriculteurs pour les relancer ». L’entreprise a préféré travailler le dimanche 12 juillet et le 14 juillet « pour ne pas prendre de retard ».  Au 16 juillet, tout était moissonné. « La tendance depuis quelques années est de finir  les chantiers un peu plus tôt ».


La SARL Maugeais-Piton moissonne 1 100 à 1 200 ha chaque année. Dans son secteur, la baisse d’assolement été moindre qu’ailleurs en Anjou, avec « 60 à 70 ha en moins ». « Les terrains sont assez porteurs, ce sont des terres qui sèchent vite. Mes clients ont réussi en général à semer », témoigne l’entrepreneur, qui fait tourner 4 moissonneuses durant la récolte. Le rendement sur son secteur est en baisse de 25 à 30 %, avec une paille en déficit, mais des taux de protéines assez hétérogènes, qui vont jusqu’à 15,5 pour certains clients.


Moins de blé et d’orge, plus de quinoa
Sur le secteur de Brissac- Doué, l’EARL de la Commanderie a, elle, moissonné moins de surfaces qu’habituellement. Conséquence, au 10 juillet, les chantiers étaient bouclés. « Les surfaces ont baissé de 15 à 20 % en blé et orge, et les rendements ont chuté de 20 à 30 % », détaille Philippe Horreau. Les taux de protéines se situent entre 12 et 14 %. 
En revanche, sur son secteur, il s’est cultivé davantage de quinoa, une culture en contrat avec la CAPL. Avec cette fois des rendements très satisfaisants, de 1,5 à 3 tonnes par hectare. Des surfaces de céréales à paille on aussi  été remplacées par du
maïs ou du tournesol.


A La Tourlandry (Chemillé-en-Anjou), la SARL Defois Robert a moissonné 1 200 hectares, pour des rendements faisant le grand écart : de 30 à 90 qx/ha. « Nous avons commencé de bonne heure, dès le 15 juin, par les ray grass et dactyles porte graine, explique Arnaud Defois. Et nous avons terminé le 21 juillet. Nous avons travaillé un dimanche et le 14 juillet ». Cette année, par mesure de précaution, l’entreprise a fonctionné avec un chauffeur par machine (9 moissoneuses). « Je préparais la moissonneuse et  les chauffeurs démarraient dès leur arrivée le matin », explique l’entrepreneur, qui compte procéder de la même manière l’an prochain.
S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Valérie, Baptiste et Dominique Lebrun sont associés dans l'entreprise Ek'o save water.
Ek'o économise l'eau sous la douche
Ek'o save water a créé un système de robinetterie qui économise l'eau sous la douche. Les associés ont reçu une médaille d'or et…
Simon et Didier Trovalet, devant le nouveau siège social, en construction à l'entrée de Saint-Augustin des Bois. L'entreprise investit 2 millions d'euros dans sa réorganisation interne.
Prefakit construit
son avenir
Marchés en plein développement, recrutements, et bientôt nouveau siège social. Implantée à Saint-Augustin des Bois depuis 77 ans…
Sébastien Ferrard, du Gaec du Pâtis Candé. Sur cette parcelle sableuse, auparavant en prairie, l'agriculteur a pu semer un maïs à indice 270-300.
Des chantiers décalés par les pluies
Les semis de maïs devraient pouvoir reprendre en fin de semaine. Certains agriculteurs ont pu déjà semer fin avril début mai,…
Christian Suteau conduit un troupeau de 30 Normandes sur une SAU de 65 ha, majoritairement en herbe.
Il achète de la paille, craignant une pénurie à la récolte
Christian Suteau achète tous les ans environ 50 t de paille à un voisin pour compléter la production de son exploitation. Cette…
Au cours de la journée, les six conférences techniques ont rassemblé du public. L'événement a accueilli 1300 visiteurs sur le site de Thorigné-d'Anjou.
1 300 visiteurs à Thorigné d'Anjou
La ferme expérimentale de Thorigné d'Anjou a accueilli 1 300 visiteurs jeudi 16 mai pour une restitution de ses travaux de…
Élections européennes : ne nous laissons pas tenter par l'abstention

A un mois du vote prévu le 9 juin, que dire aux citoyens, et aux agriculteurs en particulier, qui sont…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois