Aller au contenu principal

Elevage de lapins : un logement source de bien-être

Le Gaec Bourigault, à La Pommeraye (Maine-et-Loire), a installé avec Terrena lapins des parcs évolués dans son bâtiment d’engraissement. Un choix favorable au bien-être animal, qui s’inscrit dans la démarche Nouvelle Agriculture.

René Bourigault, éleveur Sentinelle de la coopérative Terrena et Henrik Bitot, technicien Terrena lapins, devant les parcs installés en 2017 au Gaec Bourigault. Les animaux disposent d’espace pour se redresser et sauter, et d’un espace “nuit” pour se mettre à l’abri.
René Bourigault, éleveur Sentinelle de la coopérative Terrena et Henrik Bitot, technicien Terrena lapins, devant les parcs installés en 2017 au Gaec Bourigault. Les animaux disposent d’espace pour se redresser et sauter, et d’un espace “nuit” pour se mettre à l’abri.
© AA

Dans les parcs évolués du Gaec Bourigault, installés en  2017, les lapins à l’engraissement disposent de 800 cm2 chacun. Chaque parc se compose d’une partie “jour” sans grillage, où les animaux peuvent se redresser et sauter, et d’une partie couverte, équipée d’une mezzanine, où ils viennent se mettre à l’abri. Le tout sur caillebotis plastique. « On cherche à recréer l’histoire du lapin, reproduire ce qui se passe dans la nature », explique Henrik Bitot, technicien chez Terrena lapins.

Ce type de logement, qui correspond aux attentes des consommateurs, est en essai depuis quelques années chez des éleveurs ligériens, dans le cadre de la démarche
Nouvelle Agriculture. « Terrena met des moyens en recherche et développement en commun avec la Coopérative des producteurs de lapins du bocage (CPLB-Groupe Cavac) pour aller vers des élevages qui répondent à la fois au bien-être animal, à celui de l’éleveur, aux attentes techniques de la profession et aux attentes du consommateur », complète Henrik Bitot.

Le logement est également un des axes prioritaires du plan de filière lapin issu des états généraux de l’alimentation (le Pacte d’avenir lapin 2025), à côté de la relance de la consommation et des bonnes pratiques d’élevage.

Plus dantibiotiques en phase d'engraissement

Pour René Bourigault, « aucun regret » d’être passé aux parcs évolués. Une démarche qui s’intègre, pour l’éleveur, dans un ensemble de pratiques pour faire évoluer son élevage. Depuis une dizaine d’années, plus aucun antibiotique n’est administré lors de la phase d’engraissement et les mères n’en reçoivent qu’en cas de besoin avéré. Un soin particulier est apporté à l’ambiance pour éviter les pathologies respiratoires chez les
femelles et les pathologies digestives chez les lapins, et des extraits de plantes sont employés couramment dans l’eau de boisson.
S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Bientôt du konjac made in Anjou ?
Créer une filière de konjac 100 % français. C’est le défi que relève la SAS Plant innovation R&D basée à Angers.
Une vache du Maine-et-Loire championne régionale
Le Régional prim’holstein se tenait vendredi et samedi derniers à Château-Gontier. Un concours de grande qualité qui a vu le…
Un maïs grain 2021 exceptionnel
La récolte de maïs grain atteint des niveaux de volumes exceptionnels dans la région, avec des prix toujours très soutenus. Le…
Comment bien intégrer un tiers dans un Gaec 100 % familial ?
Comment bien réussir une installation dans un Gaec familial lorsqu’on est extérieur à cette famille ? Rencontre avec Samuel…
La Confédération Paysanne a-t-elle encore sa place dans les instances représentatives départementales ?

Lundi 22 novembre, lors de la session Chambre d’agriculture de Maine-et-Loire, la Confédération Paysanne a confirmé son…

veaux de boucherie
Soigner les veaux pour obtenir une viande de qualité
Le GIE Les Vitelliers a organisé, fin octobre, une visite de l’élevage de veaux de boucherie de Marie Bossoreille à Montreuil-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois