Aller au contenu principal

Eleveur, un « métier qui a du sens »

Interbev a organisé une conférence de presse, vendredi 22 janvier, sur l’exploitation de Clément Traineau, à Neuvy-en-Mauges, pour évoquer l’enjeu crucial du renouvellement des générations en élevage de bovins allaitants.

Régis Lebrun, conseiller délégué en charge de l’agriculture et de l’alimentation à Mauges Communauté ; Lydie Bernard, conseillère régionale ; Clément Traineau, éleveur à Neuvy-en-Mauges ; Sébastien Valteau, président d’Interbev Pays de la Loire ; Denis Laizé, président de la Chambre d’agriculture de Maine-et-Loire.
Régis Lebrun, conseiller délégué en charge de l’agriculture et de l’alimentation à Mauges Communauté ; Lydie Bernard, conseillère régionale ; Clément Traineau, éleveur à Neuvy-en-Mauges ; Sébastien Valteau, président d’Interbev Pays de la Loire ; Denis Laizé, président de la Chambre d’agriculture de Maine-et-Loire.
© AA

Etre éleveur en viande bovine, c’est exercer « un métier qui a du sens. Je contribue à une alimentation de qualité pour les consommateurs tout en valorisant la terre et notre terroir », résume Clément Traineau, jeune agriculteur installé en 2017 et signataire du Manifeste Interbev Pays de la Loire. Du sens oui,  mais pourtant, si rien n’est fait, le métier pourrait être voué à disparaître, faute de relève suffisante, prévient l’interprofession Interbev. C’est un cri d’alarme qu’elle lance à l’attention des élus et de la société. En Pays de la Loire, le taux de renouvellement en agriculture est de 50 %, mais « il n’est que de 35 % en viande bovine », a rappelé Lydie Bernard, conseillère régionale. Dans les Mauges notamment, la menace d’une “céréalisation” pèse sur le territoire, avec la perte de dynamisme rural que cela engendrerait.


La rentabilité, frein numéro 1
Mais pour pouvoir renouveler les générations, il faudra installer des jeunes et que ceux-ci puissent vivre de leur métier, et c’est là que le bât blesse : « le premier frein à l’installation en viande bovine est la rentabilité, souligne Clément Traineau, qui est aussi secrétaire général de JA 49. Il y a un important travail à faire pour l’organisation de la filière pour mieux répartir la valeur ajoutée. Le montant du capital à apporter est certes important, mais il n’est pas en soi un frein, s’il y avait une rentabilité derrière », estime-t-il.  Sébastien Valteau, président d’Interbev, évoque aussi la réticence des banques qui « sont d’accord pour financer sur des courtes durées, 5 à 7 ans, mais pas sur des durées plus longues ».


La contractualisation, indispensable
Pour sécuriser des installations en viande bovine, il faut, non seulement, une grande rigueur vis-à-vis des coûts de production, des investissements maîtrisés, mais aussi et surtout une assurance sur les débouchés, par l’établissement de contrats tripartites agriculteur-transformateur-distribution. « La contractualisation en quantité et en prix est nécessaire », a martelé Sébastien Valteau. Chez Clément Traineau, les vaches sont élevées selon le cahier des charges Label Rouge Blonde d’Aquitaine, mais comme leur commercialisation ne repose sur aucun contrat, ce sont seulement 3 animaux qui ont été réellement valorisés en label depuis son installation...


Les Mauges, territoire pilote
La Région Pays de la Loire mise sur l’émergence d’idées et d’initiatives en proximité. C’est ainsi que les Mauges ont été désignées comme territoire pilote pour 2021 et dotées, par la Région, d’une enveloppe de 25 000 euros. Un travail est entamé avec Mauges Communauté, la Chambre d’agriculture et les Jeunes agriculteurs, afin d’innover  pour augmenter le taux de renouvellement. Avec l’espoir que les installations en viande bovine, comme celles de Clément Traineau, ne restent pas des exceptions.
S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Défendre des ruralités vivantes
Les acteurs de la ruralité des Pays de la Loire ont présenté, mercredi 1er juin, leur manifeste pour des ruralités vivantes au…
Jeune installé et plein d’énergie
Thomas Grimault s’est installé le 1er février 2020 à Brion, au sein du Gaec Plein Air. L’agriculteur de 24 ans est lauréat du…
Malgré les crises, Terrena croit en l’avenir de la volaille

La grippe aviaire a bien sûr fait partie des sujets abordés lors de l’assemblée générale de Terrena, mardi 31 mai à Angers. La…

Maïs semences : des surfaces quasi à l’identique
En Anjou, les multiplicateurs de semences de maïs ont implanté 6 150 ha ce printemps : 3 150 avec Cerience (filiale semences de…
L’orge détériorée par la sécheresse
Début des moissons dans le Maine-et-Loire. Reportage à l'EARL la Grande Touche à St Florent le Vieil. Nicolas Cadiou a battu son…
Attirer les oiseaux ailleurs pour limiter les dégâts
Depuis 3 ans, Limagrain Europe teste une nouvelle solution pour lutter contre les dégâts de corbeaux et de pigeons sur les semis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois