Aller au contenu principal

Jersiaise
En route vers le concours national

Les éleveurs se préparent pour le concours national de septembre, lors du Festival de l’Élevage de Chemillé.

Le Maine-et-Loire, premier département en nombre d’animaux en jersiaise.
Le Maine-et-Loire, premier département en nombre d’animaux en jersiaise.
© AA

Le dernier concours national jersiais remonte à près de vingt ans. Il est temps d'en organiser un autre et ce sera à Chemillé, en septembre prochain, lors du Festival de l'Élevage ». Le président départemental de la race jersiaise, Jean-Laurent Jubin l'a confirmé lors de l'assemblée générale qui s'est tenue voici quelques semaines à la Quantinière. Et quoi de plus normal que ce concours se tienne en Maine-et-Loire, premier département en nombre d'animaux. Logique aussi que ce concours se déroule dans le cadre du Festival de l'Élevage, dont Jean-Laurent Jubin est également le président. « Le Théâtre-foirail est tout à fait adapté pour recevoir ce type de manifestation », précise-t-il, rappelant que les lieux ont accueilli des concours plus importants en effectifs, comme le national rouge des prés de l'an dernier.

De plus en plus d'adeptes
Certes, le cheptel jersiais n'est pas comparable à d'autres cheptels laitiers, mais l'attrait pour cette race, petite par la taille, mais grande par ses taux, fait de plus en plus d'adeptes. « Nous avons du mal à répondre à la demande », a confirmé le représentant de Ouest Génisses. On attend une soixantaine d'animaux pour ce concours, soit une trentaine d'élevage. Le concours se déroulera le samedi, de 13 h 30 à 17 h sur le grand ring. La représentativité angevine sera importante : la moitié sinon plus des participants, mais l'effectif jersiais s'étend dans plus en plus de départements, « de la Normandie à l'Aquitaine, en passant par le Centre ». « Les éleveurs de Maine-et-Loire qui n'appartiennent pas à Jersiaise France pourront concourir », précise Jean-Laurent Jubin. Pour les autres départements, le concours sera ouvert uniquement aux adhérents. D'ores et déjà la présence du juge danois Peter Larson est confirmée. Outre cette approche professionnelle, les éleveurs souhaitent faire découvrir ou mieux connaître encore cette race au grand public. Ce sont donc les jersiaises qui assureront toute l'animation du festival, notamment des dégustations de lait et de produits transformés.

M.L.-R.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’impact des champs électromagnétiques sur les animaux d’élevage
Le député Modem du Maine-et-Loire, Philippe Bolo, vient de produire un rapport parlementaire sur l’impact, encore mal connu, des…
Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités