Aller au contenu principal

En solidarité avec les Landes

Des adhérents de la FDSEA de Maine-et-Loire se mobilisent pour prêter main-forte aux agriculteurs des Landes qui ont vu leurs exploitations dévastées par le passage de la tempête fin janvier.

 

L’appel lancé lors du congrès de la FDSEA à Chemillé, le 4 février pour aller aider les agriculteurs des Landes suite à la tempête que la région a essuyée fin janvier ne sera pas resté lettre morte. Une équipe de six agriculteurs retraités de Maine-et-Loire a passé trois jours là-bas fin février et un autre groupe devait partir mercredi dernier. « J’encourage toutes les personnes à y aller. On est très bien reçu au niveau humain et bien équipé en matériel. Il y a beaucoup de travail à faire. Les dégâts sont considérables », souligne Bernard Papin, du Pin-en-Mauges. Avec cinq autres agriculteurs (René Couteau, Joseph Petiteau, Marc de la Garde et Maurice Chupin), ils se sont rendus à Hagetmau au sud de Mont-de-Marsan pour travailler sur quatre exploitations. « Nous avons dégagé des arbres déracinés en bord des champs, relevé des clôtures et remonté des abris pour les volailles. On a bien travaillé sous un soleil magnifique », explique Marc de la Garde. Le midi et le soir, les Angevins partagent la table des exploitants. L’occasion de discuter de la situation. « Les gens sont abattus par le travail. On leur a redonné un peu le moral », se félicite Bernard Papin qui se dit prêt à y retourner.

Manque de bras

Les deux groupes du Maine-et-Loire font partie des 200 bénévoles FDSEA ou JA qui sont venus prêter main-forte dans le département en six semaines. Un nombre qui s’amenuise au grand dam des professionnels locaux. « Il reste beaucoup de travail, note Céline Causse, animatrice syndical et emploi à la FDSEA 40. Comme le nombre de volontaires diminue, la FDSEA 40 a fait appel aux élèves des établissements agricoles et aux travailleurs des prisons. « Il y a encore beaucoup de choses à nettoyer. Les problèmes financiers commencent à se faire sentir », note l’animatrice qui souligne qu’à « chaque fois que des agriculteurs viennent aider, cela apporte un soutien moral important. Les exploitants peuvent parler de la tempête, des dégâts. Cela leur donne du courage. C’est impressionnant de voir comme les travaux avancent lorsqu’un groupe s’en charge ».

NOËLLE HUART


 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités