Aller au contenu principal

Charolaises
Engraisser avec du trèfle pur

Au Gaec Aillerie, l’herbe est valorisée au maximum. À Saint-Michel et Chanveaux, les 2 frères Julien et Pierre Aillerie élèvent des charolaises sur 176 hectares.

Le Gaec Aillerie emmènera le taureau Maréchal, lors du concours interrégional charolais qui se déroulera lors des 4 jours du Mans.
© AA

L’herbe est centrale dans l’alimentation du troupeau de Julien et Pierre Aillerie. Chaque année, ils réalisent 105 vêlages. Sur les 176 hectares que compte l’exploitation, près de 140 sont de l’herbe. Seulement, 50 % des céréales sont vendus. Tout le reste des surfaces sert à l’alimentation du troupeau. Le Gaec Aillerie atteint presque l’autonomie alimentaire. Seuls, les broutards et une partie des jeunes génisses sont complémentés avec un aliment extérieur.


Privilégier le pâturage
D’une manière générale, « les vaches sont en bâtiment uniquement de la mi novembre à la fin mars », explique Pierre Aillerie. Le reste de l’année, elles pâturent l’herbe des prairies multi-espèces. « On sème beaucoup de variétés : 4-5 graminées, 4-5 légumineuses. Et en fonction de la terre, certaines variétés s’implantent mieux que d’autres », souligne l’éleveur. Sur 5 ha, des prairies de trèfle pur sont implantées. Ces prairies sont fauchées et ensilées. Et serviront pour la ration d’engraissement des vaches réformées. « Pendant 2 mois et demi, elles sont engraissées avec du trèfle  enrubanné. Il est distribué en ration mélangé avec le triticale par le biais d’une mélangeuse. Cela permet une alimentation et une distribution pour plusieurs jours. » Une ration 100 % maison à bas coût qui leur donne entière satisfaction. Avec un poids moyen carcasse de 508 kg par vache, les éleveurs n’ont pas à rougir des performances de leurs vaches. « 54 % de nos vaches sont classés en U. »
Le Gaec Aillerie valorise son troupeau de charolaises par différents créneaux. Chaque année, le Gaec compte 105 vêlages. Les 2 frères associés engraissent les femelles. Leur vente représente plus de 40 % du chiffre d’affaires de l’élevage allaitant. Elles sont commercialisées auprès de SVA Jean Rozé. Ils vendent des broutards à engraisser. Et enfin, 18 à 20 reproducteurs sont commercialisés dans d’autres élevages. Cette dernière activité correspond à 35 % du chiffre d’affaires de l’élevage.

H.R.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Allier fissuration et couverts végétaux
Le CER FRANCE Maine-et-Loire, le constructeur Actisol et le concessionnaire Modema Agri ont organisé le 13 septembre une journée…
L’inflation plombe son exploitation
Les éleveurs de bovins allaitants sont affectés par une hausse continue des charges depuis plusieurs mois. à Cherré, le jeune…
Bâtir une nouvelle vie autour de son élevage caprin
Au May sur Evre, Mélanie Canivet et Aurélien Rivet sont éleveurs caprins bio depuis le 1er août 2021. A la chèvrerie…
Deux foyers cette semaine dans le Maine-et-Loire
Nous n’avions plus connu cela depuis le printemps dernier et la vague d’Influenza qui avait submergé l’Ouest du Maine-et-Loire .…
Des farmers irlandais et australiens à Festi’élevage
Des Irlandais et des Australiens, passionnés par la race parthenaise, avaient fait le déplacement au National de la race, à Festi…
Economiser les tours de tracteur en élevage
 La ferme expérimentale bovine de Thorigné-d’Anjou cherche à réduire sa consommation de gasoil. Elle teste cette année deux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois