Aller au contenu principal

Magazine
Et si l’on apprenait en plantant ?

 Vendredi 18 novembre au May-sur-Evre, les enfants de la classe de CE1-CE2 de l’école Jean Moulin ont planté des arbres fruitiers chez une arboricultrice, dans le cadre d’un partenariat avec l’association Des Enfants et Des Arbres.

Une centaine d’arbres fruitiers ont été plantés par les élèves.
© AA

« Le cycle de vie de l’arbre, le rôle de l’arbre dans la protection de l’environnement font partie de notre programme », explique Nathalie Coutant, enseignante en classe de CE1-CE2 à l’école Jean Moulin du May-sur-èvre. Et après la théorie, place à la pratique. Le 18 novembre, équipés de bottes, les enfants de cette classe ont participé à la plantation d’une centaine d’arbres fruitiers, en partenariat avec l’association Des Enfants et des Arbres. Beaucoup de parents et de grands-parents, ainsi que des bénévoles, encadraient ces jeunes planteurs. L’opération s’est déroulée sur une parcelle de la ferme de Stéphanie Ouvrard, qui crée son activité agricole dans la commune. L’arboricultrice implante ainsi divers arbres fruitiers (des pommiers de variétés rustiques comme la Patte de Loup, la Pépin Cognard, la Reinette d’Armorique...., mais aussi des poiriers, des pêchers...). Elle élèvera, à même le verger, des poules pondeuses en plein air en poulaillers mobiles, le tout en agriculture biologique.  Grâce à ce partenariat, l’arboricultrice bénéficie d’une aide financière pour les plantations et d’un précieux coup de main de la part de l’équipe d’enfants et d’accompagnateurs.  
Et les enfants, de leur côté, éprouvent le côté physique du travail en plein air et découvrent les différentes étapes de la plantation : « avant de commencer la plantation, on a préparé du pralin. On a mélangé de la terre, de l’eau et du caca de vache. Ensuite, on va tremper la racine dedans avant de faire la plantation, résume Heva, 7 ans et élève de CE1. Après, on doit poser une protection contre les chevreuils et d’autres animaux ».
Il faudra encore quelques années avant que les élèves puissent déguster les fruits de ce verger, mais ils ne manqueront pas de revenir voir l’évolution des arbres qu’ils ont contribué à planter et qui portent leurs noms.
S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

« La décapitalisation du cheptel bovins allaitants est déjà là. Et la sécheresse ne va sûrement pas améliorer la situation. »
Interview de Pierre-Marie Caillaud, responsable viande bovine de la FDSEA 49  
L’actualité domine la session de la Chambre régionale d'agriculture
 L’actualité a dominé la session de la Chambre d’agriculture régionale du 28 novembre. Les élus ont adopté deux motions en lien…
Maintenir des rendements avec moins d’azote
Mardi 15 novembre, à Chavagnes, le service agronomie du CERFRANCE 49 a présenté un essai sur une fertilisation innovante en maïs.
Un semoir de semis direct auto-construit pour implanter ses couverts
Dans le cadre d’un “Rallye des couverts” organisé par la Chambre d’agriculture mardi 8 novembre, l’agriculteur Christophe Raveau…
Le sanglier, la bête noire des agriculteurs
  La session de la Chambre d'agriculture du Maine-et-Loire a abordé le sujet de la chasse lundi 21 novembre.
Consensus musclé pour une définition stricte de l’agrivoltaïsme
Un consensus ferme s’est dessiné pour une définition stricte de  l’agrivoltaïsme capable de prioriser la production alimentaire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois