Aller au contenu principal

Camomille romaine
Explorer la voie de la création variétale

La station Iteipmai de Chemillé en Anjou a ouvert ses portes aux professionnels du secteur des plantes à parfum, aromatiques et médicinales, le 14 juin. Zoom sur le projet Carosel, portant sur la sélection variétale en camomille romaine.

La camomille romaine présente une très grande diversité génétique dans la nature, mais c’est principalement le même clone, stérile, qui est cultivé par les producteurs. L’essai mis en place à l’Iteipmai va permettre de comparer les performances agronomiques de 70 variétés, cultivées et sauvages.
© AA

La camomille romaine est cultivée sur 300 ha en France, principalement dans le Chemillois. Aujourd’hui un seul clone stérile à fleurs doubles (ou à double pompon), avec toutefois des petites variations observées, est utilisé. Le principal débouché de la camomille romaine est l’herboristerie, et pour ce débouché, il est nécessaire de fournir ces doubles fleurs. Pour le débouché de l’huile essentielle (en aromathérapie et parfumerie), des fleurs simples conviennent. Le problème est que depuis une dizaine d’années, le clone à fleurs doubles perd en performances agronomiques. « Au fil des ans, sa résistance s’est amenuisée », souligne Bruno Gaudin, le directeur administratif de l’Iteipmai.  Les producteurs observent une sensibilité accrue au stress hydrique, une perte de compétitivité vis-à-vis des adventices, une perte de stabilité génétique, une baisse du rendement en huile essentielle...

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Les asperges blanches représentent 80% de la consommation mais 95% de la production française.
Fleuron d'Anjou recherche des producteurs d'asperges
La coopérative Fleuron d'Anjou veut développer la production d'asperges, visant un volume de 1 000 T à 5 ans. Elle recherche des…
Encore trop d'eau pour les semis

Les mauvaises conditions d'implantation des céréales d'automne ont induit un basculement des surfaces vers des variétés de…

Laurent Martin contrôle la production de ses panneaux sur son téléphone. L'optimiseur des onduleurs permet de superviser les modules (température, production, ampérage) et sécurise l'installation.
Une stabulation pour les vaches grâce au photovoltaïque
Éleveur de charolaises à Lys-Haut-Layon, Laurent Martin a financé la construction d'une stabulation pour son troupeau allaitant…
Entre 12 et 15 cm de hauteur d'herbe chez Jonathan Bertrand. Sorties 10 jours fin mars, ses vaches sont à nouveau consignées à l'intérieur, faute de portance.
Mise à l'herbe : de timides débuts

Limités jusqu'ici par la portance des sols, certains éleveurs se sont décidés à mettre à l'herbe des animaux, avec parfois des…

Daniel Rochard (JRC Solaire) et Christophe Cesbron (Serres JRC). A droite : les nouveaux haubans photovoltaïques.
Plus d'autonomie énergétique avec les haubans photovoltaïques
JRC Solaire conçoit des haubans photovoltaïques visant à accroître l'autonomie énergétique des exploitations maraîchères et…
Guillaume Aubert élève un troupeau de 65 vaches montbéliardes. Il est associé avec ses parents et son frère au sein du Gaec des Alezanes.
Autonome pour l'insémination de son troupeau laitier

Éleveur au Louroux-Béconnais, Guillaume Aubert a suivi une formation à l'insémination avec Innoval. Depuis, il a vu les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois