Aller au contenu principal

Faire travailler plus pour gagner plus

Jacques Roullier est éleveur à La Pommeraye, au Gaec des Fresches. Depuis quelques années, il tente d’augmenter la longévité de ses vaches laitières. Pour le bien de son porte-feuille, et de la planète.

Jacques Roullier à côté de la doyenne de l'exploitation, qui entame sa 8ème lactation.
Jacques Roullier à côté de la doyenne de l'exploitation, qui entame sa 8ème lactation.
© AA

Au Gaec des Fresches, une vache c’est comme un bon vin, elle se bonifie avec le temps. Et tant qu’à élever une génisse pendant 2 ans et demi, autant lui donner une carrière longue, afin de rentabiliser son début de vie improductif.


55 vaches laitières
C’est à partir de ce constat que Jacques Roullier travaille, depuis maintenant 8 ans, à faire vieillir ses vaches. Ainsi, il atteint 2,6 lactations, tandis que la moyenne départementale se situe à 2,3. « Je sais que ce n’est pas encore très vieux, mais j’espère atteindre 3 lactations en moyenne dans les prochaines années », détaille l’éleveur de La Pommeraye. Sur cette exploitation, 55 vaches laitières bénéficient des 75 ha de prairies et de la quinzaine d’ha de maïs que les 3 associés cultivent. Des prim’holsteins, des montbéliardes et des croisées prim’ x montbéliardes se côtoient sur cette exploitation ligérienne. En lait standard, les vaches tournent autour de 9 200 litres, avec des taux très intéressants : 44 en TB, 34 en TP. Dehors près de 9 mois dans l’année, les animaux reviennent se faire traire dans une 2x4, « un peu juste, mais j’aime traire ».


De la patience
« Une génisse, ça coûte, donc autant la rentabiliser. Ça me fait mal quand je vois des vaches monter dans le camion avec à peine 2 lactations », témoigne Jacques Roullier. Sur son exploitation, de plus en plus de vaches dépassent la dizaine d’années. Et la doyenne entame sa huitième lactation, sans problèmes. « J’ai remarqué que les lactations 6, 7 et 8 sont aussi bien que les 3, 4 et 5. Alors que la première est plus difficile en production, car la vache n’a pas fini sa croissance », détaille l’éleveur, qui sait se montrer très patient pour faire vieillir ses vaches. « ça m’arrive de tenter 5, voir 6 inséminations sur des  vaches que je veux garder en lactation, car elles produisent bien ». Sur cette campagne, 12 vaches sur les 55 sont à plus de 4 lactations. Inimaginable dans d’autres élevages !

 

Article complet dans l'Anjou Agricole du 30 octobre

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le véto a misé sur les moutons pour s’installer
Installé depuis octobre 2019, Allain Millet, ancien vétérinaire, élève des moutons vendéens à La Chaussaire. 
Gel : jours décisifs pour la vigne
Dans le vignoble Anjou Saumur, plusieurs nuits de gelées se sont succédé cette semaine et les viticulteurs restent en alerte pour…
Une nouvelle aide régionale sur la bio
La présidente de la région, Christelle Morançais, a annoncé vendredi 26 mars, une enveloppe de 24 millions d’euros, fléchée vers…
La preuve par l’orage
L’association “Agriculture de conservation des Mauges” a organisé mardi 16 mars, à Jallais, une demi-journée d’information…
Aides couplées : vives réactions dans la profession
Le ministère de l’agriculture met ses premières propositions sur la table.
Nuits blanches pour lutter contre les gelées noires

Ces derniers jours, les heures de sommeil se font rares pour les arboriculteurs du Maine-et-Loire. Depuis lundi, les gelées s’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités