Aller au contenu principal

Faucher et sauver la faune sauvage

Mardi 23 juin, une démonstration de barre d'effarouchement était organisée au Mesnil-en-Vallée.

Au Mesnil-en-Vallée, grâce à une barre d'effarouchement, le Gaec de la Thau a sauvé une cane et 3 lièvres.
Au Mesnil-en-Vallée, grâce à une barre d'effarouchement, le Gaec de la Thau a sauvé une cane et 3 lièvres.
© AA

Au Mesnil-en-Vallée, Stéphane Oger utilise depuis un an une barre d'effarouchement pour la fauche de ses prairies. En partenariat avec le réseau Arbre, la Fédération des chasseurs et le Cen (Conservatoire d'espaces naturels) Pays de la Loire, il a présenté l'outil, mardi 23 juin, sur une prairie naturelle. Son Gaec, en production laitière, se situe dans le bassin versant de la Thau. Il est engagé dans une démarche MAEC (Mesures agro-environementales et climatiques) : « la plus contraignante, précise l'éleveur. C'est pour voir si mon système peut s'adapter au bio ».
Sur les 101 hectares, 67 % sont consacrés à l'herbe. Elle sert à l'alimentation des 85 vaches laitières. Depuis 2015, il pratique l'affouragement en vert. La barre d'effarouchement est utilisée à la fauche et au passage de l'autochargeuse. Elle a avant tout un intérêt environnemental. « J'en avais marre de tuer des lièvres et des canes et leurs nids », explique l'agriculteur qui est aussi chasseur. « En période de reproduction, on se doit de protéger les animaux. » L'outil est attelé sur le relevage avant du tracteur et facile d'installation. Le fonctionnement est simple. Les peignes installés sur la barre effleurent le sol, ratissent l'herbe et forcent les animaux à quitter la parcelle. La vitesse de fauche ? 6 à 10 km/h. Une centaine d'hectares a déjà été fauchée avec la barre. « Nous avons sauvé 3 lièvres et une cane », note l'agriculteur. Autre effet positif difficilement quantifiable : « on préserve aussi les auxiliaires de culture. » Au passage de la barre, de nombreux insectes s'envolent, a pu constater l'agriculteur. L'outil neuf coûte environ 3 500 euros. « Avant, le Conseil régional finançait à 40 % l'outil, note Nicolas Beaumont. Nous réfléchissons à la Fédération à mettre en place une autre aide...»
H.r

La Fédération des chasseurs met à disposition des agriculteurs 3 barres d'effarouchement. Vous pouvez les contacter au 02 41 72 15 00.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le véto a misé sur les moutons pour s’installer
Installé depuis octobre 2019, Allain Millet, ancien vétérinaire, élève des moutons vendéens à La Chaussaire. 
Gel : jours décisifs pour la vigne
Dans le vignoble Anjou Saumur, plusieurs nuits de gelées se sont succédé cette semaine et les viticulteurs restent en alerte pour…
Une nouvelle aide régionale sur la bio
La présidente de la région, Christelle Morançais, a annoncé vendredi 26 mars, une enveloppe de 24 millions d’euros, fléchée vers…
La preuve par l’orage
L’association “Agriculture de conservation des Mauges” a organisé mardi 16 mars, à Jallais, une demi-journée d’information…
Aides couplées : vives réactions dans la profession
Le ministère de l’agriculture met ses premières propositions sur la table.
Nuits blanches pour lutter contre les gelées noires

Ces derniers jours, les heures de sommeil se font rares pour les arboriculteurs du Maine-et-Loire. Depuis lundi, les gelées s’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités