Aller au contenu principal

Interview
FCO : poursuivre la prophylaxie

Jean-Claude Coste, président du Groupement de défense sanitaire (GDS).

De droite à gauche Jean-Claude Coste, président du GDS et Philippe Blanquefort, son directeur.
De droite à gauche Jean-Claude Coste, président du GDS et Philippe Blanquefort, son directeur.
© AA

La vaccination contre la FCO est désormais volontaire et pourra être réalisée par l’éleveur. Qu’en pensez-vous ?
Jean-Claude Coste : quand on voit les résultats obtenus avec la vaccination obligatoire : un seul foyer en France en 2010, on peut sans doute s’interroger sur le bien-fondé de cette orien-tation. Mais sans doute faut-il compter avec les contraintes
budgétaires. N’étant plus obligatoire, la vaccination ne sera pas prise en charge par l’État.
Sur l’aspect vaccination par les éleveurs, c’était là une demande forte de la profession et du GDS. C’est donc plutôt
positif et donnera de la souplesse aux éleveurs qui n’ont pas besoin de certification pour vendre leurs animaux.

La crise économique et le risque moindre de maladie ne risquent-ils pas d’inciter les éleveurs à lever le pied ?

Effectivement, c’est un risque. Et des éleveurs peuvent être enclins à différer d’un an la prophylaxie. Au GDS, nous considérons que ce n’est pas une bonne stratégie, tant sur le plan individuel que collectif. Cela aura pour conséquence, si la maladie réapparaît, de devoir refaire toute la procédure dans un environnement moins protégé, avec les risques que cela comporte pour la vente d’animaux à l’export, y compris au sein de l’Union européenne. J’ajoute qu’un cheptel vacciné peut être un argument de vente.

Précisément, pour les bovins vendus à l’export, les modalités sont un peu différentes.

Oui. Les textes européens précisent qu’il faut que les bovins concernés soient vaccinés (ou les mères pour les veaux de moins de 90 jours). Dans ce cas, la vaccination devra être réalisée par un vétérinaire qui délivrera une certification. De plus, certains acheteurs – et pour certaines destinations – exigent que l’ensemble du cheptel soit vacciné. L’éleveur a donc tout intérêt à bien se renseigner.

L’intervention du vétérinaire implique un coût supplémentaire ?
Bien sûr. Nous souhaitons donc que le coût soit inférieur à celui pratiqué l’an dernier.

Le GDS avait, par le biais de la CSSA (Caisse de solidarité santé animale) mis en place une cotisation. Qu’en est-il
désormais ?

La cotisation, de 0,50 euro/ bovin était obligatoire la première année. Elle est passée à 0,35 euro/bovin et est devenue facultative en 2009-2010. Il n’en est pas prévu pour cette campagne et l’éleveur qui a cotisé l’an dernier garde le bénéfice de la prise en charge, en cas de maladie.

Propos recueillis
par Martine Leroy-Rambaud

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités