Aller au contenu principal

Influenza aviaire
FDSEA et JA mobilisés pour le paiement de l’avance des aides économiques

Face au retour de l'épizootie dans le département, les réseaux FDSEA et JA ont manifesté, le 4 octobre, afin de dénoncer les délais de versements des aides suite à la 1ère vague d’influenza aviaire qui a touché durement le Maine-et-Loire.  

Alors que l’Influenza aviaire fait son retour en Anjou, les éleveurs touchés par la première vague du printemps n’ont toujours pas reçu les aides économiques correspondant à la période où ils n’avaient plus de volailles. Cette situation est inacceptable pour la FDSEA et les JA du Maine-et-Loire et intenable pour les éleveurs avicoles. C’est pour dénoncer cette situation qu’une trentaine d’éleveurs avicoles s'est mobilisée à l’appel de la FDSEA et des JA de Maine-et-Loire devant le site de FranceAgriMer à Angers, établissement public en charge de l’instruction et de la mise en paiement des aides économiques.
L’entrée du site a été murée de caisses de volaille vides « pour montrer que nos bâtiments se vident et que nos trésoreries sont vides » a expliqué Frédéric Robert, secrétaire général de la FDSEA au directeur de la Draaf qui a fait le déplacement depuis Nantes pour répondre aux manifestants.
« Les services de FranceAgriMer m’ont confirmé la mise en paiement des avances pour les éleveurs du Maine-et-Loire dès cette semaine et pour les derniers, milieu de semaine prochaine »
a annoncé Armand Sanséo, directeur de la Draaf, « 428 exploitations toucheront cette avance pour un peu plus de 5 millions d’euros ».
Une victoire syndicale pour la FDSEA et les JA mais qui n’a pas totalement satisfait les manifestants qui alertent sur l’avance qui ne représente que 50% et sur le plafond de 20 000 euros. « Les élevages spécialisés en volaille ont des pertes bien supérieures à 
20 000 euros, le niveau d’avance est déconnecté de leur dimension économique, ils ne pourront pas attendre encore plusieurs mois pour toucher le solde » a alerté Nathalie Langereau, responsable de la section avicole à la FDSEA. « Une entreprise ne peut pas arrêter son activité pendant un an et attendre des aides pendant huit mois » a complété Olivier Traineau, administrateur chez JA 49, 
« les exploitations pourraient ne pas s’en relever ». « Nous allons mettre un coup d’accélérateur et regarder ces dossiers spécifiquement » s’est engagé le directeur régional. 
La FDSEA et les JA resteront très vigilants sur ce point.
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

« La décapitalisation du cheptel bovins allaitants est déjà là. Et la sécheresse ne va sûrement pas améliorer la situation. »
Interview de Pierre-Marie Caillaud, responsable viande bovine de la FDSEA 49  
L’actualité domine la session de la Chambre régionale d'agriculture
 L’actualité a dominé la session de la Chambre d’agriculture régionale du 28 novembre. Les élus ont adopté deux motions en lien…
Maintenir des rendements avec moins d’azote
Mardi 15 novembre, à Chavagnes, le service agronomie du CERFRANCE 49 a présenté un essai sur une fertilisation innovante en maïs.
Le sanglier, la bête noire des agriculteurs
  La session de la Chambre d'agriculture du Maine-et-Loire a abordé le sujet de la chasse lundi 21 novembre.
Un semoir de semis direct auto-construit pour implanter ses couverts
Dans le cadre d’un “Rallye des couverts” organisé par la Chambre d’agriculture mardi 8 novembre, l’agriculteur Christophe Raveau…
Consensus musclé pour une définition stricte de l’agrivoltaïsme
Un consensus ferme s’est dessiné pour une définition stricte de  l’agrivoltaïsme capable de prioriser la production alimentaire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois