Aller au contenu principal

Fermes Déphy Ecophyto : des agriculteurs engagés témoignent

Le rapport du député Dominique Potier vise à réduire de 50 % l’usage des pesticides d’ici 2025. Parmi les moyens, un déploiement du dispositif Déphy. Des agriculteurs déjà impliqués témoignent, à la conférence Ecophyto organisée le 15 janvier, au Sival d'Angers.

Bernard Bouchereau, maraîcher en réseau de fermes Déphy Ecophyto ; Dominique Potier, député, président du comité consultatif de gouvernance du plan Ecophyto ; Jeannick Cantin, élu de la Chambre d'agriculture de Maine-et-Loire, le 15 janvier à Angers.
Bernard Bouchereau, maraîcher en réseau de fermes Déphy Ecophyto ; Dominique Potier, député, président du comité consultatif de gouvernance du plan Ecophyto ; Jeannick Cantin, élu de la Chambre d'agriculture de Maine-et-Loire, le 15 janvier à Angers.
© AA

En Maine-et-Loire, l’EARL Bouchereau (7,5 ha de légumes divers, dont 1 ha sous abri), est engagée dans la démarche depuis 2012. « Nous vendons toute notre production en circuit court à la ferme, en Amap et sur des marchés. La clientèle nous demande une traçabilité des pesticides employés », explique Bernard Bouchereau.

Les résultats les plus significatifs ont été obtenus sur le choux. Le programme de désherbage initial, c’était un passage d’herbicide, deux binages et un désherbage manuel. Aujourd'hui, « nous faisons trois faux-semis, trois binages et deux passages de herse étrille. Ceci représente beaucoup plus de temps de travail, un fort investissement personnel. Mais, face à notre clientèle, nous avons une vraie force de vente », apprécie le maraîcher.

En viticulture, Jean-Yves Bretaudeau, installé dans le vignoble du Muscadet, à Tillières, fait lui aussi partie d’un groupe Déphy. Il agit à plusieurs niveaux : il a réduit ses doses grâce au logiciel Optidose, « bien efficace sur le mildiou », il a changé son pulvérisateur, mal adapté, pour une pulvérisation “face par face”. Et, depuis l’an dernier, il expérimente la confusion sexuelle pour lutter contre deux espèces de vers de la grappe, eudémis et cochylis.

 


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités