Aller au contenu principal

Concours
Festi’élevage, 16e festival de l’élevage, du 3 au 5 septembre à Chemillé

Plus de 700 animaux, des espèces bovines, ovines et caprines sont attendus au Théâtre-foirail.

Les organisateurs du 16e festival, rebaptisé Festi’élevage.
Les organisateurs du 16e festival, rebaptisé Festi’élevage.
© AA

La crise qui touche l’élevage et la sécheresse n’ont visiblement pas entamé la motivation des exposants au Festival de
l’élevage. La participation se maintient : début septembre, 154 éleveurs viendront présenter des animaux à Festi’élevage, nouvelle appellation de la manifestation. Une réussite qui tient sans doute en partie à la particularité du festival : celui-ci prend en charge les frais de transport des animaux, la nourriture des éleveurs et celle des animaux lors du week-end.
Pour cette année, 721 bovins sont inscrits, dont  328 en races laitières (prim’holstein, normande, montbéliarde, brune, jersiaise),  173 pour les races à viande (rouge des prés, limousine, charolaise, blonde d’Aquitaine, blanc-bleu), et 220 animaux de race parthenaise en concours national. « Nous avons volontairement limité les effectifs parce qu’on est à saturation. Les chapiteaux ne peuvent en accueillir plus », explique Jean-Laurent Jubin, président du festival.
Après la rouge des prés en 2008, la jersiaise en 2009, la race parthenaise est cette fois à l’honneur. Une satisfaction pour Louis-Marie Braud, éleveur en Maine-et-Loire et organisateur du concours national : « La race avait disparu en Maine-et-Loire en 1988. En 2010, l’effectif est remonté à  4 500 vaches dans le département. Quant aux effectifs nationaux, ils sont passés dans le même temps de 7 000 à
35 000 animaux ». La volonté des organisateurs de Festi’élevage est de continuer à mettre en valeur une ou deux races chaque année, dans la mesure où ses effectifs le permettent : le site est trop étroit pour un National charolais, limousin  ou prim’holstein. En 2011, un concours régional brunes et un concours caprin devraient être organisés, en 2012, un Régional charolais, puis à l’avenir, à nouveau, un National rouge des prés.

Des partenaires
de plus en plus présents

À côté des bovins, qui représentent le plus gros des effectifs, des moutons seront aussi en concours. Quatre éleveurs de la race rouge de l’Ouest, une de la race charmoise présenteront 40 à 50 moutons. Sept éleveurs caprins, en races alpine et saanen (seulement en présentation pour cette dernière) ont aussi répondu au rendez-vous. Des dégustations de viande de mouton et de fromages de
chèvre seront proposées.
À noter que 98 partenaires accompagnent l’événement : « Nous avons dû ajouter une rangée de chapiteaux supplémentaire pour accueillir tout le monde, explique Dominique Bourgeais, de Bovicap conseils. Les partenaires veulent de plus en plus être présents physiquement à la manifestation ».

S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités