Aller au contenu principal

Festi'élevage - Alice Lore fabrique des produits laitiers au lait de brune

En s’installant à Saint-Sigismond (49), Alice Lore a apporté une nouvelle dimension à l’exploitation familiale : la transformation et la vente.

Alice Lore, 26 ans, s’est installée juste après avoir passé son BTS Acse.
Alice Lore, 26 ans, s’est installée juste après avoir passé son BTS Acse.
© AA

Avec ses taux élevés de matière grasse et matière protéique, la brune se prête particulièrement bien à la transformation fromagère. Alice Lore a voulu profiter de cet atout pour élaborer des produits laitiers maison. Avec sa mère Isabelle, elle transforme le lait de la ferme en yaourts, fromages blancs, crème fraîche, faisselle, fromages frais. Elle fabrique aussi une tomme et un fromage à pâte molle, le Saint Simond, qui  « ressemble au Camembert ».


L’idée lui est venue lors de son apprentissage de BTS, durant lequel elle était dans une ferme caprine qui fabrique des fromages. Tout est allé très vite. La jeune femme a fait réaliser une étude de marché par la Chambre d’agriculture. Et pour compléter sa formation, elle a fait intervenir, sur deux jours, un formateur en transformation fromagère de l’Enilia de Surgères (17).
Les produits ont eu rapidement un fort succès, à tel point que l’objectif fixé dans le projet d’installation de la jeune agricultrice est déjà dépassé : « il prévoyait 50 000 litres transformés au bout de 5 ans, or nous étions déjà à 60 000 litres au bout de 4 ans », note Alice Lore.


Vente en ligne
Un tiers du volume est vendu auprès de la restauration collective, dans 8 établissements scolaires. Ce débouché s’est ouvert un peu par hasard : « un de nos voisins est cuisinier au collège d’Ingrandes. Il nous a proposé d’essayer et puis d’autres cuisiniers sont venus nous voir », raconte la jeune éleveuse. Les produits laitiers sont commercialisés également à la ferme, sur deux marchés (Ingrandes et Varades), auprès de commerçants locaux et de restaurateurs, ainsi qu’au Drive fermier Bienvenue à la ferme, à Angers. Mais aussi auprès de 5 “Ruche qui dit oui”, ces réseaux qui grâce à des plateformes informatiques, mettent en relation producteurs et consommateurs. « La demande sur internet est en hausse », se réjouit Alice Lore.


S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités