Aller au contenu principal

Festi'élevage ou comment redonner à l'élevage ses lettres de noblesse

Belle démonstration à Chemillé, cette année encore, de la dynamique de l'élevage angevin. Une vitalité toutefois amoindrie par les effets de la sécheresse estivale et l'agri-bashing, toujours aussi virulent.

Bilan positif pour les organisateurs de Festi'élevage, qui s'est tenu fin de semaine dernière, rassemblant sous les chapiteaux du théâtre foirail de Chemillé plus de 600 bovins, caprins et ovins.
Bilan positif pour les organisateurs de Festi'élevage, qui s'est tenu fin de semaine dernière, rassemblant sous les chapiteaux du théâtre foirail de Chemillé plus de 600 bovins, caprins et ovins.
© AA

Avec ses 120 bêtes réunies sur le grand ring, le National Jersiaise a tenu promesse, consacrant de nombreux éleveurs de cette race laitière dont le Maine-et-Loire détient le record d'effectif (5 500 têtes). Principale ombre au tableau, le pessimisme ambiant sur la façon dont les éleveurs sont perçus par leurs concitoyens. Ou plutôt sur la façon dont ils pensent être perçus par ces derniers, au travers les critiques et les inexactitudes trop souvent véhiculées par les médias et les réseaux sociaux.

" Les feux en Amazonie ce n'est pas forcément de notre faute, la pollution on n'est pas responsable de tout, déclare amèrement le président de Festi'élevage, Benoit Cesbron, en direction du public juché dans les gradins. Nos animaux, on s'en occupe, on ne les maltraite pas. On passe énormément de temps avec eux, alors si on ne les aimait, cela ne marcherait pas... ".


Se relever des déboires estivaux

Si la fête de Chemillé est une " parenthèse agréable ", " un bol d'air " au dire des participants, comment passer outre les difficultés liées à la sécheresse de cet été... Le manque d'herbe a obligé beaucoup d'éleveurs à rester en ration hivernale et les silos de maïs ont été attaqués. Des prairies ont dû être ressemées. Outre les modes d'élevage ou encore le recours aux produits phytopharmaceutiques, le partage de l'eau demeure un point de friction sociétale. D'autant lorsqu'il est question d'irrigation. " Il faudra que l'on concilie les usages économiques avec les activités de loisirs et aussi, les besoins de la biodiversité ", appelle de ses voeux Pascal Gallard, représentant la Chambre d'agriculture à l'occasion des discours officiels, conforté par Christophe Dilé, maire de la commune de Chemillé-en-Anjou - " pour la dernière année ", a-t-il annoncé dimanche matin. Le conseiller départemental Hervé Martin, lui, rapporte s'être rendu à Saint-Augustin-des-Bois dans le cadre d'une commission décentralisée : " dans la vallée de la Romme, l'élevage a disparu. Les milieux s'y sont refermés. Sans élevage, pas d'environnement et sans environnement, pas de biodiversité... ".

 


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Un été globalement chaud et sec en perspective
Le ressenti actuel ne doit pas nous influencer. D’après Météo France, le scénario “plus chaud et plus sec que la normale” est le…
Moissonner entre deux averses
Dans le Maine-et-Loire, quelques agriculteurs ont trouvé des créneaux pour battre leur orge. Mais la plupart attendent un temps…
Du lait, des gîtes... et du lombricompost
A Saint-Georges des Gardes, les éleveurs Anne et Nicolas Berder ne produisent pas que du lait. Ils sont aussi lombriculteurs et s…
L’agro-écologie en pratique lors de la session Chambre
Lundi 28 juin, à St Pierre-Montlimart, la Chambre d’agriculture du Maine-et-Loire a abordé le thème de l’agro-écologie lors de sa…
Blé : les choses sérieuses ont commencé
Colza, orge et maintenant blé  : le Gaec des Deux frontières enchaîne les chantiers à un rythme soutenu. Reportage à La…
Un meilleur contrôle du transfert des parts sociales
Visite du Député Jean-Bernard Sempastous qui porte un projet de loi portant sur les « mesures d’urgence pour assurer la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités