Aller au contenu principal

Fleuron d'Anjou, première OP horticole française

La coopérative agricole Fleuron d'Anjou vient d'être reconnue comme organisation de producteurs (OP). Une première étape dans la stratégie de développement de la production horticole angevine, comme l'explique le directeur, Pascal Prat.

Fleuron d'Anjou a officiellement obtenu le 8 novembre la reconnaissance comme organisation de producteurs (OP). Pourquoi l'aviez-vous demandée et que vous apporte-t-elle?

Créée en 1962 autour du maraîchage, la coopérative Fleuron d'Anjou a développé une branche horticole qui représente aujourd'hui la moitié de son chiffre d'affaires de 42 millions d'€. Nous regroupons 12 adhérents horticulteurs qui conduisent 60 ha, essentiellement dans le "triangle vert" au sud d'Angers. Le rôle de la coopérative est de valoriser leurs produits (plantes à massifs, plants potagers, aromatiques,...) dans deux réseaux de distribution : celui des professionnels spécialisés et celui des GMS. Or cette filière a été durement impactée par la crise - et cela reste  encore aujourd'hui compliqué économiquement-  nous avons donc milité pour obtenir des aides en mars dernier. Grâce à l'action des acteurs de la filière, nous avons réussi à faire entrer le secteur "des plantes vivantes et produits de la floriculture" dans le dispositif d'aides européennes, via la création d'organisation de producteurs.

Concrètement,  de quelles aides allez-vous pouvoir bénéficier en tant qu'OP?

Il s'agit d'aides pour la restructuration de la filière, afin d'en rendre ses acteurs plus solides et de dynamiser les mises en marché. Nous pouvons bénéficier d'aides pour le financement d'investissement dans les outils de la coopérative : mais dans le cas de Fleuron d'Anjou, ce ne sera pas la priorité car nous n'avons qu'une station de préparation de commandes aux Ponts-de-Cé. L'essentiel des aides sera dirigé, par délégation de l'OP, vers les producteurs. Nous avons identifié plusieurs axes : le premier concerne le changement et le renouvellement des serres froides. Elles datent pour la plupart de plus de 20 ans et ne répondent plus à l'engagement d'utilisation d'énergie décarbonée. C'est un dossier difficile pour lequel nous cherchons encore des solutions adaptées au maintien hors gel de la production horticole.

Le deuxième axe sera le développement de notre production, aujourd'hui de 15 millions de plantes, en conventionnel et bio. Nous travaillerons également sur la robotisation des entreprises horticoles ainsi que sur la diminution de la consommation d'eau.

Quel est l'agenda pour accéder à ces aides européennes?

Pour accéder à ces aides européennes, avec un taux de  60% du montant des investissements pour 5 ans, il faut d'abord déposer un programme opérationnel en fonction des mesures inscrites dans le décret. Nous sommes en train d'éplucher ces mesures pour établir notre programme opérationnel. Et nous avons décidé de l'établir pour sept ans, le maximum autorisé, pour se projeter dans le futur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’Anjou bloque à son tour

Alors que le mouvement de colère du monde agricole s’étale désormais sur toute la France, la FDSEA et les JA49 ont entamé une…

Lisa Gourdon profite d'une pause pour reprendre de l'énergie grâce au pique nique distribué à l'échangeur de la Plesse, sur l'axe Angers-Rennes.
Mobilisée au cœur du cortège
Pour certains agriculteurs présents dans le convoi jeudi 1er février, il s'agissait de leur première manifestation. Comme Lisa…
Solidaires, les entrepreneurs bloquent l'A11

Lundi matin dès 6h, les entrepreneurs des territoires (EDT) du Maine-et-Loire ont bloqué l'A11 dans les 2 sens, entre les…

Jeudi 18 janvier, à l'appel de la FDSEA et des JA 49, des agriculteurs de tout le département se sont rassemblés devant l'usine Lactalis pour bloquer l'entrée des camions sur le site de Saint-Florent le Vieil.
Lactalis sous pression

La semaine dernière, les agriculteurs se sont mobilisés pour soutenir l'Unell, principale organisation de producteurs livrant…

Retour sur la manifestation du 1er février à Angers : opération escargot

Plusieurs centaines d'agriculteurs de la FDSEA et des JA Maine-et-Loire, jeudi 1er février, pour défendre le revenu et appeler…

Continuer à apporter des solutions pour la maîtrise des charges

L'Union des Cuma Pays de la Loire - section Maine-et-Loire a tenu son assemblée générale vendredi 26 janvier au Campus de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois