Aller au contenu principal

Légumes
Fleuron d'Anjou recherche des producteurs d'asperges

La coopérative Fleuron d'Anjou veut développer la production d'asperges, visant un volume de 1 000 T à 5 ans. Elle recherche des producteurs.

Guillaume Thomas a terminé de butter ses asperges le 25 mars. Soit "un mois plus tard qu'en 2023", mais avec 15 jours de retard sur la moyenne. Une opération indispensable à la conservation de la couleur blanche des turions. Producteur d'asperges sur deux sites (aux Rosiers-sur-Loire et à Saint-Mathurin-sur-Loire) depuis 19 ans, il a démarré sa saison avec sa parcelle sous serre, qui ne représente qu'une petite partie de sa surface de 16 ha. "Cela me permet de jouer sur la précocité et d'être parmi les premiers à livrer la coopérative", explique-t-il. Adhérent de Fleuron d'Anjou, Guillaume Thomas apprécie "la stabilité de revenu" que lui permet cette production. Mais il en reconnaît la difficulté technique. Même avec son expérience, il n'arrive pas à prévoir le pic de production, information bien utile pour la gestion des volumes par la coopérative. C'est pourquoi Asperges de France, l'association d'organisations de producteurs dont fait partie Fleuron d'Anjou, soutient le projet de thèse d'Adèle Sahut sur une modélisation du cycle de l'asperge, avec l'Inrae.

Fidéliser les salariés

L'asperge requiert beaucoup de main-d'œuvre, et pas seulement pendant les 50 jours de récolte. "Je peux avoir jusqu'à 25 saisonniers au pic de production, indique Guillaume Thomas. Car il faut passer tous les deux jours, voire tous les jours dans les champs quand la chaleur favorise la pousse: pas question de s'arrêter même si c'est un jour férié". Un travail dur physiquement mais le producteur, qui emploie un salarié permanent, sait fidéliser son personnel. "J'ai choisi de produire des légumes (rhubarbe, navet, échalote, potimarron) et des semences qui me permettent d'avoir besoin de saisonniers de février à octobre sur mon exploitation de 60 ha, souligne-t-il. Et je sais  les récompenser". Le producteur a par exemple investi dans plusieurs machines d'assistance à la récolte qui soulèvent la bâche de la butte au passage des cueilleurs.

Engagement sur le long terme

Parmi les 50 producteurs de légumes de Fleuron d'Anjou, 25 font de l'asperge. "Nous produisons aujourd'hui 700 T (dont 600 T de blanches) sur 250 ha, commente Baptiste Richard, responsable technique et développement de la coopérative. Notre objectif à 5 ans est d'en produire 1 000 T". Une ambition nécessaire "pour être représentatif sur les marchés". Mais qui demande de recruter des producteurs et d'accompagner la transmission des ateliers existants. Une journée technique, ouverte à tous les producteurs, est d'ailleurs programmée le 22 mai. "L'important est de bien identifier le profil dès le départ, reconnaît Baptiste Durand. Car créer un atelier d'asperges est un  engagement sur le long terme. Cela demande un investissement important pour l'implantation (12 000 €/ha en conventionnel pour les griffes), en matériel (30 000 € pour une butteuse, 25 000 € pour le coupeur-laveur, 3 000 € de bâches,...), et requiert l'irrigation,...Mais un atelier d'asperges apporte une rémunération à la semaine et une pérennité pour l'exploitation grâce à notre force de vente structurée". En outre, la coopérative apporte des aides via le programme opérationnel FranceAgrimer pour le matériel et les griffes.

Commerce en flux tendu

Parmi les 5 gammes de légumes commercialisés par Fleuron d'Anjou, l'asperge est celui qui mobilise le plus le personnel de la station d'Allonnes. "Pendant les 8 semaines de la saison, nous passons de 20  à 80 opérateurs en pic de production, fin avril, précise Brahim El Hasnaoui, directeur commercial. Et nous avons 5 lignes de préparation (lavage, coupe, calibrage), dont une pour l'asperge verte, qui peuvent être utilisées". Construits en amont de la saison, les débouchés sont principalement le réseau de la grande distribution et les grossistes. Si les restaurateurs sont friands de la catégorie 2, le cœur de marché reste le calibre 16/22 de la catégorie 1. Mais Fleuron d'Anjou s'adapte aux demandes de ses clients et dispose d'un grand nombre de références (vrac, bottes). Le prix, très haut en début de saison, baisse pour atteindre 5 €/kg.  "La consommation d'asperges est traditionnellement très dépendante des jours festifs, rappelle Brahim El Hasnaoui. Mais nous essayons de casser cette habitude auprès de nos clients pour livrer nos asperges jusqu'à la fin de la saison". Légume primeur non stockable, l'asperge est commercialisée en flux tendu, en fonction de la production. "C'est un jeu d'équilibre entre l'offre et la demande, admet le directeur commercial. Mais dans lequel le produit prime toujours".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Les asperges blanches représentent 80% de la consommation mais 95% de la production française.
Fleuron d'Anjou recherche des producteurs d'asperges
La coopérative Fleuron d'Anjou veut développer la production d'asperges, visant un volume de 1 000 T à 5 ans. Elle recherche des…
Encore trop d'eau pour les semis

Les mauvaises conditions d'implantation des céréales d'automne ont induit un basculement des surfaces vers des variétés de…

Laurent Martin contrôle la production de ses panneaux sur son téléphone. L'optimiseur des onduleurs permet de superviser les modules (température, production, ampérage) et sécurise l'installation.
Une stabulation pour les vaches grâce au photovoltaïque
Éleveur de charolaises à Lys-Haut-Layon, Laurent Martin a financé la construction d'une stabulation pour son troupeau allaitant…
Entre 12 et 15 cm de hauteur d'herbe chez Jonathan Bertrand. Sorties 10 jours fin mars, ses vaches sont à nouveau consignées à l'intérieur, faute de portance.
Mise à l'herbe : de timides débuts

Limités jusqu'ici par la portance des sols, certains éleveurs se sont décidés à mettre à l'herbe des animaux, avec parfois des…

Daniel Rochard (JRC Solaire) et Christophe Cesbron (Serres JRC). A droite : les nouveaux haubans photovoltaïques.
Plus d'autonomie énergétique avec les haubans photovoltaïques
JRC Solaire conçoit des haubans photovoltaïques visant à accroître l'autonomie énergétique des exploitations maraîchères et…
Guillaume Aubert élève un troupeau de 65 vaches montbéliardes. Il est associé avec ses parents et son frère au sein du Gaec des Alezanes.
Autonome pour l'insémination de son troupeau laitier

Éleveur au Louroux-Béconnais, Guillaume Aubert a suivi une formation à l'insémination avec Innoval. Depuis, il a vu les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois