Aller au contenu principal

Information
Forte affluence au Forum de JA49

Les candidats à l’installation ont rencontré les organismes compétents, le 11 mars à Angers.

Toute la matinée, les stands de l’Adaséa et de la Chambre d’agriculture n’ont pas désempli.
Toute la matinée, les stands de l’Adaséa et de la Chambre d’agriculture n’ont pas désempli.
© AA

Ils sont étudiants, salariés en agriculture ou dans d’autres secteurs d’activité, licenciés en recherche de reconversion professionnelle : les participants venus, jeudi dernier, au Forum de l’installation, présentent des profils diversifiés et portent des projets variés. « Nous avons reçu des jeunes voulant s’installer en production ovine, d’autres en horticulture, d’autres encore en maraîchage en vente directe, expliquaient Yannick Forestier et Sébastien Poitrineau, de Jeunes agriculteurs. Un certain nombre d’entre eux ne sont pas issus du milieu agricole, ni même parfois du département. Ils sont à la recherche de contacts ». Leur principale préoccupation est le foncier, et la question se pose, quelle que soit la dimension du projet. Il est parfois plus difficile de trouver 3 hectares pour faire pousser des légumes qu’une ferme de 50 hectares.
À côté, les stands de l’Adaséa et de la Chambre d’agriculture, qui gèrent le point info-installation,  n’ont pas désempli de la matinée. « Deux types de public sont venus à notre rencontre : des personnes qui effectuent leurs premières démarches auprès du secteur agricole, et d’autre part des fils et filles d’agriculteurs qui prévoient une reprise d’exploitation », a constaté Julien Lepont, conseiller Adaséa. Des profils atypiques parfois, comme ce boulanger, titulaire d’une maîtrise d’histoire et d’un CAP de boulanger, qui envisage de produire des céréales biologiques et de les transformer en pain et pâtes, vendus en circuit court. Il recherche des terres pour mener à bien son projet.

La démarche financière
Environ 130 jeunes en formation se sont déplacés, avec des projets d’installation en tête, à plus ou moins long terme : pour cet étudiant en BTS Acse de l’Ésa, « l’objectif est de travailler dans un organisme bancaire, en attendant qu’une opportunité d’installation agricole se présente ». Pour un autre jeune de la même promotion, il s’agira plutôt de « travailler quelques années en tant que salarié agricole avant de se lancer ». Cette année, les organisateurs avaient élargi les invitations à tous les jeunes inscrits au RDI (Répertoire départs-installations) et aux jeunes salariés des Services de remplacement (huit cents courriers au total). Et ce nouveau public adulte a répondu présent.
Le Forum proposait aussi une conférence sur la démarche financière d’un projet d’installation, avec le témoignage
d’un jeune installé, GuillaumeFillaudeau, du Longeron et les interventions du conseiller Chambre d’agriculture Christian Petiteau et d’Olivier Tudoux, du Crédit agricole. L’approche très concrète de cette conférence a été appréciée.

S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités