Aller au contenu principal

Interview
Fruits : la contractualisation pour une meilleure valorisation

Président de la Fédération nationale des producteurs de fruits (FNPF)

Plus de transparence et de traçabilité ainsi qu’une reconnaissance des prix pour les producteurs de fruits en France : c’est ce que propose le nouveau projet de contractualisation qui entrera en vigueur le 1er mars 2011.

En quoi consiste la contractualisation ?
Bruno Dupont : nous sommes à la veille de la sortie du décret qui va mettre en avant la contractualisation et qui entrera en vigueur en mars 2011. Elle va permettre, comme le souhaitait notre fédération nationale, une meilleure transparence des prix et la reconnaissance du travail des producteurs. Un prix, proposé par nos acheteurs à l’aval, sera désormais marqué sur un document. Jusqu’ici, il n’y avait pas de moralité sur les contrats, ils étaient proposés bien souvent à défaut du producteur. Donc pour la première fois en France, il y a une volonté politique d’avoir une reconnaissance du travail des producteurs qui se formalise par la contractualisation. Sur notre marché, ce changement était important. L’année dernière, nous avons connu des prix pratiqués d’une manière catastrophique, toujours tirés vers le bas. Les producteurs attendent de la contractualisation une meilleure valorisation de leurs produits. La FNPF a même demandé à pouvoir aller plus loin dans la contractualisation, dans le sens d’une meilleure transparence et meilleure connaissance du marché.

Comment se passe la saison de récolte en Anjou ?
La campagne se termine, les dernières pommes se ramassent en Maine-et-Loire. Aujourd’hui, il y a une baisse de volume, de manière  générale, dans l’ensemble des pays d’Europe, et surtout chez les gros producteurs comme la Pologne. Ce sont là des signes intéressants : ils nous permettront peut-être d’avoir une meilleure campagne sur les volumes français, qui sont eux aussi un peu en diminution. La qualité du produit est présente cette année. Nous allons essayer de nous replacer sur certains marchés, surtout sur le marché intérieur français, et d’avoir des prix plus à la hauteur du produit que ceux de l’année dernière, qui étaient catastrophiques.
(lire en page 3)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Dans un contexte de crise sanitaire, les Caves de la Loire tirent leur épin
La veille de leur assemblée générale, jeudi 18 février, les Caves de la Loire ont tenu une conférence de presse. L’occasion de…
La carte des cours d'eau mise à jour
Une nouvelle version de la carte des cours d’eau du Maine-et-Loire vient d’être publiée. Les agriculteurs doivent en tenir compte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités