Aller au contenu principal

Météo
Gel : jours décisifs pour la vigne

Dans le vignoble Anjou Saumur, plusieurs nuits de gelées se sont succédé cette semaine et les viticulteurs restent en alerte pour les jours à venir. Un certain nombre de vignerons ont mis en action leur arsenal anti-gel pour protéger les fragiles bourgeons.

À Souzay-Champigny, la viticultrice Marie-Françoise Ratron (Le Clos des Cordeliers) a investi dans un tout nouveau système de tours à vent mobiles pour protéger son vignoble très gélif : le DS Eole de la société des Deux-Sèvres, Climakiwi.
© AA

Des températures négatives, plusieurs nuits de suite, ont tenu les viticulteurs en haleine cette semaine. Quelques dégâts sont à déplorer dans les secteurs les plus gélifs du vignoble. « Ce qui a limité la casse, heureusement, c’est qu’il n’a pas plu, souligne Guillaume Gastaldi, de l’Association technique viticole 49. Mais il faut rester vigilant car il est annoncé de l’eau avec des températures basses pour le week-end à venir. Il faut notamment se méfier des dégâts possibles sur les jeunes plants qui sont couverts par des poches ». Avec les températures estivales de fin mars, la végétation s’est beaucoup développée, rendant la vigne d’autant plus sensible au gel. « Les nuits à venir nous inquiètent et l’humidité annoncée représente un facteur de risque », confirme Amélie Neau, présidente de l’appellation Saumur Champigny.
Les viticulteurs s’organisent. Ceux qui n’ont pas de moyen de lutte contre le gel ont cessé les travaux de la vigne.  « Il a fait -4° C dans la nuit de lundi à mardi, dans mes parcelles en bordure de  forêt, explique Christelle Dubois, viticultrice à Saint Cyr-en-Bourg. J’ai une assurance mais pas de moyen de lutte. Pour limiter les dégâts, j’évite de plier les baguettes ».
D’autres ont dégainé leur arsenal antigel, comme les bougies, des bottes de paille, les frostbusters, les fils chauffants, les tours à vent, fixes comme celles de la Cuma Eole de Saint-Cyr-en-Bourg ou mobiles, un système innovant installé au Domaine du Clos des Cordeliers, à Souzay-Champigny.  

Des tours à vent mobiles innovantes
Marie-François Ratron, responsable du Domaine du Clos des Cordeliers, a une parcelle de 13 ha d’un seul tenant située dans un véritable « couloir de gelée. Il y fait toujours 4°C de moins que dans le village ! ». Depuis cette année, la viticultrice a investi, pour 150 000 euros (aides déduites), dans un système de tours à vent mobiles conçu par la société Climawiki (Deux-Sèvres), qu’elle a inauguré cette semaine. Gros avantage, ces tours équipées de pales à l’horizontale, peuvent « aller au cœur du vignoble, elles peuvent être repositionnées au besoin ». 4 tours couvrent chacune 3,5 ha de vignoble et sont alimentées par un moteur au GNR. Pour réchauffer davantage l’atmosphère, 45 poêles alimentés au bois de vigne sont ajoutés dans la parcelle. « On a utilisé le système la nuit de lundi à mardi, où les températures sont descendues à 5,5 °C. Résultat, zéro dégât. J’ai dû trouver 2 bourgeons endommagés sur 13,5 ha, autant dire rien », témoigne Marie-Françoise Ratron, qui est pour l’instant très satisfaite de ce système moins coûteux à l’usage, moins fatigant à mettre en place et moins gourmand en main d’œuvre que les chaufferettes (à raison de 300 par hectare) que le domaine utilisait historiquement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Les asperges blanches représentent 80% de la consommation mais 95% de la production française.
Fleuron d'Anjou recherche des producteurs d'asperges
La coopérative Fleuron d'Anjou veut développer la production d'asperges, visant un volume de 1 000 T à 5 ans. Elle recherche des…
Encore trop d'eau pour les semis

Les mauvaises conditions d'implantation des céréales d'automne ont induit un basculement des surfaces vers des variétés de…

Entre 12 et 15 cm de hauteur d'herbe chez Jonathan Bertrand. Sorties 10 jours fin mars, ses vaches sont à nouveau consignées à l'intérieur, faute de portance.
Mise à l'herbe : de timides débuts

Limités jusqu'ici par la portance des sols, certains éleveurs se sont décidés à mettre à l'herbe des animaux, avec parfois des…

Laurent Martin contrôle la production de ses panneaux sur son téléphone. L'optimiseur des onduleurs permet de superviser les modules (température, production, ampérage) et sécurise l'installation.
Une stabulation pour les vaches grâce au photovoltaïque
Éleveur de charolaises à Lys-Haut-Layon, Laurent Martin a financé la construction d'une stabulation pour son troupeau allaitant…
Christiane Lambert, jeudi 14 mars, à Angers.
Christiane Lambert, officier de la légion d'honneur
Jeudi 14 mars, à l'ESA, Christiane Lambert a reçu la médaille d'officier de la légion d'honneur des mains de Luc Guyau, sous le…
Les agriculteurs dénoncent les promesses du gouvernement non tenues, le manque de solutions à court terme pour leurs trésoreries en difficultés mais aussi de solutions à long terme pour éviter que ce scénario ne se répète à chaque début de programmation.
Promesses non tenues et manque de solutions concrètes 

Le 20 mars 2024, les représentants FRSEA et JA des commissions agriculture biologique et environnement ont rencontré la DRAAF…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois