Aller au contenu principal

Glyphosate : + 5 ans d'autorisation

Après des mois d'attente et de négociations, les États membres de l'Union européenne, réunis le 27 novembre, ont voté pour une ré-autorisation du glyphosate pour cinq ans.

Dix-huit pays ont voté en faveur de la proposition de l'exécutif européen, 9 s'y sont opposés et un pays s'est abstenu, permettant d'atteindre la majorité qualifiée requise, contrairement à un premier vote début novembre.
Dix-huit pays ont voté en faveur de la proposition de l'exécutif européen, 9 s'y sont opposés et un pays s'est abstenu, permettant d'atteindre la majorité qualifiée requise, contrairement à un premier vote début novembre.
© Actuagri

Dans un communiqué daté du 27 novembre, la FNSEA a pris acte de « ce compromis de 5 ans qui n’a été possible que grâce au pragmatisme d’un grand nombre d’États membres européens ». Mais le syndicat rappelle tout de même que « ce temps politique reste en décalage avec le temps de la recherche scientifique ».

 

L’organisation agricole a donc redit « sa volonté de trouver des solutions et non des interdictions brutales ». Pour illustrer cette volonté, le syndicat a remis en avant le contrat de solution signée avec 40 organisations agricoles et de recherche, visant à réduire les impacts et les utilisations des produits phytosanitaires.

 

Comme annoncé par Brune Poirson, secrétaire d'État auprès du ministre d'État de la transition écologique et solidaire, le 26 novembre, dans une tribune publiée dans le JDD, la France a voté contre cette ré autorisation. La FNSEA déplore ainsi que l’hexagone ne se soit pas rallié à cette décision et « ait choisi de faire bande à part ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Des moutons dans le verger
 Les Fruits d’Altho, à Morannes sur Sarthe-Daumeray, produisent pommes et poires sur 125 ha. Les arboriculteurs, Thomas et…
« Une phase de fragilité comme on n’en a jamais connue en volaille »
Nathalie Langereau, responsable du dossier volaille à la FDSEA49.
Le Maine-et-Loire, un département diversifié majoritairement tourné vers l'élevage
En Maine-et-Loire, le recensement agricole 2020 dénombre 5 245 exploitations agricoles.* Le nombre d’exploitations…
Distraire au quotidien les poules pondeuses confinées
Déjà 2 mois que les poules pondeuses plein air  ne sortent plus... La faute aux mesures de biosécurité pour lutter contre la…
Quelles méthodes alternatives au glyphosate et à quel coût ?
 La disparition progressive des matières actives amène les producteurs à explorer différentes solutions.
380,15 € en prix de base sur janvier et février
Christophe Cesbron, producteur à Chemillé en Anjou et président de la nouvelle association de producteurs Lactalis, l’APLSL.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois