Aller au contenu principal

Santé
Grâce à l'exosquelette, elle peut continuer son travail dans les vignes

Salariée viticole, Caroline Tourlouse a investi dans un exosquelette Exoviti. Un équipement qui lui a permis de reprendre le travail après une longue interruption.

"Il y a quelques années, je bossais en viticulture et aussi, à cette période, en restauration. J'avais des douleurs, et je ne me suis pas arrêtée à temps. Résultat, je me suis flingué le dos. J'ai dû subir une grosse opération d'une hernie discale", relate Caroline Tourlouse. Cette jeune femme de 28 ans a dû s'arrêter durant un an et demi. Mais elle ne pouvait se résoudre à changer d'activité. "C'est en travaillant dans un restaurant que je me suis intéressée et passionnée pour la viticulture, en découvrant la carte des vins, raconte-t-elle. Je suis allée passer un BTS viti-œno au CFA de Montreuil-Bellay et j'ai été employée dans plusieurs domaines viticoles". L'idée d'une éventuelle installation trotte même dans sa tête depuis un moment. Pas question, donc, de renoncer au travail de la vigne, qui lui tient tant à cœur.

Un investissement de 1 800 euros

Ayant entendu parler des exosquelettes, elle s'est tout simplement renseignée sur internet et ses recherches l'ont menée vers l'Exoviti de la société yonnaise RB3D, dont le lancement commercial a eu lieu en janvier 2023. "Jarny MVS, qui distribue l'Exoviti sur la région, testait ce matériel. Il me l'a prêté, j'ai pu le tester dans différentes situations de travail lorsque j'ai repris mon activité après mon arrêt", explique la jeune femme. C'est d'ailleurs grâce à l'exosquelette qu'elle a pu reprendre, à mi-temps. L'objectif du test était de bien s'assurer de l'efficacité et de la praticité du matériel avant d'investir. Car pour l'Exoviti, Caroline Tourlouse a dû débourser 1 800 euros, de sa poche, le matériel n'étant pas subventionné par la MSA.

Une autre façon de travailler

Sa première impression ? "Une renaissance pour mon dos", résume la salariée, qui utilise désormais Alphonse (c'est le petit nom qu'elle lui donne), au quotidien. "Dans toutes les situations où je suis dans les vignes et où je me penche sur le cep : la taille, le tirage de bois, l'ébourgeonnage, le pliage..." D'un poids inférieur à 2 kg, il s'installe assez aisément, comme un sac à dos, et s'adapte à la morphologie de la personne, pouvant convenir à des utilisateurs entre 1,50 m et 1,95 m. "Cet exosquelette permet de se pencher en avant tout en ayant un soutien au niveau du bas du dos, ce qui fait que l'on ne sent pas les lombaires travailler", explicite Caroline Tourlouse. Il est doté de 4 positionnements réglables, de l'accompagnement léger du dos jusqu'à un soutien maximal.

Un temps d'appropriation a toutefois été nécessaire pour s'accoutumer à cette carapace, qui peut être encombrante par exemple lorsqu'on est très couvert et lorsque l'on porte des outils. Le port d'un exosquelette est contraignant : "c'est une autre façon de travailler qu'il faut apprendre. Il faut revoir ses postures, forcer un peu plus sur ses jambes. Il ne faut pas négliger pour autant de se muscler la ceinture abdominale", souligne l'utilisatrice.

Si, dans son cas particulier, elle l'utilise tous les jours - et que des douleurs persistent malgré tout -, Caroline Tourlouse pense que l'Exoviti peut avoir un rôle préventif intéressant pour certains salariés. La jeune femme regrette que l'aspect prévention santé ne soit pas suffisamment pris en compte dans les parcours de formation : "il y a une sorte de fatalisme qui fait que l'on pense que le travail, de toute façon, fait mal".

 

Au-delà de l'innovation technologique, 
une réflexion à mener sur les conditions de travail

 

La MSA 49 ne donne pas d'aide financière à l'achat d'exosquelette, faute de recul suffisant sur leur véritable apport en prévention des TMS*. Mais elle propose d'accompagner les potentiels utilisateurs pour la réflexion avant achat. Car au-delà de l'innovation technologique qu'est l'exosquelette, la MSA estime qu'il y a une vraie réflexion à mener. "Parfois, l'exosquelette peut venir interpeller sur une situation de travail qui est perçue comme pénible et pour laquelle aucune autre réflexion n'a été engagée. Que ce soit dans le but de prévenir ou soulager des problèmes de santé, il est important de s'interroger sur son travail et ses conditions de travail avant tout achat afin d'éviter un échec de la démarche", explique ainsi la MSA de Maine-et-Loire, dans un document d'information sur les exosquelettes en viticulture réalisé avec les caisses de Loire-Atlantique-Vendée, Berry-Touraine et Mayenne-Orne-Sarthe.  "Les dispositifs d'assistance passifs ne doivent pas être là pour augmenter la productivité", prévient-elle également.

"L'exosquelette n'est pas un outil miracle. Il est conseillé se se rapprocher d'un médecin du travail, pour vérifier que son port  ne présente pas de contre-indications médicales, et de commencer par exemple par de la location pour faire des essais sur le plus adapté et le mieux toléré", préconise Christelle Guillet, conseillère prévention spécialisée en viticulture à la MSA de Maine-et-Loire.

Plusieurs MSA mènent actuellement des études sur le sujet de l'exosquelette, concernant, notamment, son acceptabilité.

 

*Troubles musculo-squelettiques.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Valérie, Baptiste et Dominique Lebrun sont associés dans l'entreprise Ek'o save water.
Ek'o économise l'eau sous la douche
Ek'o save water a créé un système de robinetterie qui économise l'eau sous la douche. Les associés ont reçu une médaille d'or et…
Simon et Didier Trovalet, devant le nouveau siège social, en construction à l'entrée de Saint-Augustin des Bois. L'entreprise investit 2 millions d'euros dans sa réorganisation interne.
Prefakit construit
son avenir
Marchés en plein développement, recrutements, et bientôt nouveau siège social. Implantée à Saint-Augustin des Bois depuis 77 ans…
Sébastien Ferrard, du Gaec du Pâtis Candé. Sur cette parcelle sableuse, auparavant en prairie, l'agriculteur a pu semer un maïs à indice 270-300.
Des chantiers décalés par les pluies
Les semis de maïs devraient pouvoir reprendre en fin de semaine. Certains agriculteurs ont pu déjà semer fin avril début mai,…
Christian Suteau conduit un troupeau de 30 Normandes sur une SAU de 65 ha, majoritairement en herbe.
Il achète de la paille, craignant une pénurie à la récolte
Christian Suteau achète tous les ans environ 50 t de paille à un voisin pour compléter la production de son exploitation. Cette…
Au cours de la journée, les six conférences techniques ont rassemblé du public. L'événement a accueilli 1300 visiteurs sur le site de Thorigné-d'Anjou.
1 300 visiteurs à Thorigné d'Anjou
La ferme expérimentale de Thorigné d'Anjou a accueilli 1 300 visiteurs jeudi 16 mai pour une restitution de ses travaux de…
Élections européennes : ne nous laissons pas tenter par l'abstention

A un mois du vote prévu le 9 juin, que dire aux citoyens, et aux agriculteurs en particulier, qui sont…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois