Aller au contenu principal

Grandes cultures : la sécheresse entame le potentiel de récolte (Agreste)

© AA

Agreste a revu en baisse le 12 septembre son estimation de récolte céréalière à 55,4 Mt (contre 57,4 Mt en août), conséquence de la sécheresse. « La faiblesse des précipitations en juillet et en août a entamé le potentiel de rendement des cultures d’été », selon une note. La récolte de maïs grain atteindrait 12,8 Mt, en baisse de 7 % sur un an et de 19 % par rapport à la moyenne 2011-15. Celle de tournesol, à 1,2 Mt, augmenterait de 3,3 % sur un an mais serait inférieure de 21 % à la moyenne quinquennale. Malgré des surfaces en hausse, les betteraves industrielles seraient stables, à 33,1 Mt, les pommes de terre de conservation et demi-saison chuteraient à 5,2 Mt (-3,7 % sur un an). « Selon les estimations au 1er septembre, la production de céréales atteindrait 55,4 Mt en 2016, soit son plus faible niveau depuis 2003 », année de canicule, souligne Agreste. La production de blé tendre s’établirait à 28,2 Mt (-31 % par rapport au record de 2015, -24 % comparé à 2011-15). En orge, elle atteindrait 10,1 Mt (respectivement -22 % et -8 %). La récolte de colza descendrait à 4,7 Mt (-12 % sur un an) et celle des protéagineux à 0,7 Mt (-24 %). Quant au blé dur, il afficherait 1,5 Mt (-19 %).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Des moutons dans le verger
 Les Fruits d’Altho, à Morannes sur Sarthe-Daumeray, produisent pommes et poires sur 125 ha. Les arboriculteurs, Thomas et…
« Une phase de fragilité comme on n’en a jamais connue en volaille »
Nathalie Langereau, responsable du dossier volaille à la FDSEA49.
Le Maine-et-Loire, un département diversifié majoritairement tourné vers l'élevage
En Maine-et-Loire, le recensement agricole 2020 dénombre 5 245 exploitations agricoles.* Le nombre d’exploitations…
Distraire au quotidien les poules pondeuses confinées
Déjà 2 mois que les poules pondeuses plein air  ne sortent plus... La faute aux mesures de biosécurité pour lutter contre la…
Quelles méthodes alternatives au glyphosate et à quel coût ?
 La disparition progressive des matières actives amène les producteurs à explorer différentes solutions.
380,15 € en prix de base sur janvier et février
Christophe Cesbron, producteur à Chemillé en Anjou et président de la nouvelle association de producteurs Lactalis, l’APLSL.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois