Aller au contenu principal

Herbe : des récoltes prometteuses

Les chantiers de coupe de l’herbe battent leur plein dans le Maine-et-Loire, où la végétation est en avance et où l’on bénéficie de bonnes conditions de chantier.

Chantier d'enrubannage dans le Chemillois.
Chantier d'enrubannage dans le Chemillois.
© JG

Dans le secteur de Chemillé, la qualité des récoltes d’herbe semble au rendez-vous dans l’ensemble, avec une légère baisse observée au niveau  des rendements sur la première coupe, qui a débuté tôt. « Certains agriculteurs ont débuté les chantiers dès le 3 avril, profitant d’une fenêtre météo favorable », explique Julien Gremaud, responsable JA du canton de Chemillé-en-Anjou.

Eleveur de vaches laitières, Julien Gremaud est plutôt satisfait de ses récoltes. « Je n’ai pas encore les retours d’anlyses, mais à première vue, on aura un fourrage sucré, collant. En termes de qualité, il n’y a pas à se plaindre ». L’agriculteur a choisi cette année de ne faire que de l’enrubannage, notamment car il manque de place sur la plateforme de stockage. Mais sa motivation principale, c’est la qualité du fourrage et « une gestion plus fine des stocks qu’avec le silo d’herbe ».


Il devrait totaliser 270 bottes et espère en voir les effets bénéfiques sur sa production laitière. « Ce qui m’a convaincu de faire davantage d’enrubannage, témoigne le jeune agriculteur, c’est que la Cuma soit équipée en matériel performant et qu’elle ait un groupe enrubannage. L’entraide permet de mieux organiser les chantiers  et finalement, de faire plus de surfaces par jour à plusieurs ».

La conservation est primordiale
Sylvain et Claire Piet, à La Chapelle-Rousselin, privilégient aussi l’enrubannage pour leur troupeau de chèvres. Ils ont fait faucher 19 ha de RGI dans les derniers jours de mars pour enrubanner. « On laisse sécher 5 à 6 jours car les chèvres apprécient le fourrage bien sec, à 60-65 % de matière sèche », explique Sylvain Piet.
5 hectares et demi de trèfle violet et luzerne sont aussi destinés à l’enrubannage. L’exploitation devrait stocker entre 250 et 300 bottes cette année, et espère que la qualité sera aussi bonne que l’an dernier. « Pour les chèvres, il ne faut que du bon !, résume Sylvain Piet. C’est pourquoi j’ajoute des bactéries pour favoriser la fermentation et éviter les moisissures ».


Des foins en quantité et qualité
Dans le Segréen, à Saint-Gemmes-d’Andigné, l’éleveur laitier Maxime Léridon a bénéficié de bonnes conditions pour la récolte. La réussite des stocks d’herbe est essentielle pour cette exploitation qui compte 50 ha de prairies multiespèces, sur ses 85 ha de SAU. Les premières coupes pour l’enrubannage ont été réalisées par une entreprise, le 10 avril et celles pour l’ensilage, entre le 15 et le 20 avril. « On a dû couper plus précocément que d’habitude, car les ray-grass ont épié avec 10 jours d’avance », note Maxime Léridon. Du fait de cette précocité, les rendements devraient être un peu moindres, mais la deuxième coupe pour les foins, qui est en cours, s’annonce abondante. De quoi rassurer l’agriculteur qui se retrouvait un peu juste en fourrages après une mauvaise récolte de maïs ensilage 2019.
S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

La coopérative Agrial recherche de nouveaux éleveurs
La filière lait de chèvre d'Agrial a organisé jeudi 27 octobre, une journée “Capriboost” sur l'installation en caprins, au Gaec…
« La décapitalisation du cheptel bovins allaitants est déjà là. Et la sécheresse ne va sûrement pas améliorer la situation. »
Interview de Pierre-Marie Caillaud, responsable viande bovine de la FDSEA 49  
Maintenir des rendements avec moins d’azote
Mardi 15 novembre, à Chavagnes, le service agronomie du CERFRANCE 49 a présenté un essai sur une fertilisation innovante en maïs.
Un semoir de semis direct auto-construit pour implanter ses couverts
Dans le cadre d’un “Rallye des couverts” organisé par la Chambre d’agriculture mardi 8 novembre, l’agriculteur Christophe Raveau…
Le sanglier, la bête noire des agriculteurs
  La session de la Chambre d'agriculture du Maine-et-Loire a abordé le sujet de la chasse lundi 21 novembre.
Groupama vise le doublement des surfaces assurées d’ici 2030
L’assurance multirisques climatiques (MRC) change en profondeur à partir du 1er janvier 2023. Et c’est désormais une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois