Aller au contenu principal

Interview
Herd-book limousin : le nombre de vaches inscrites toujours en progression

Philippe Dru, éleveur à Montreuil-sur-Loir, président de la section régionale du Herd-book limousin.

Pour Philippe Dru, président de la section régionale du Herd-book limousin, le National de Nantes a été un élément fédérateur des éleveurs.
Pour Philippe Dru, président de la section régionale du Herd-book limousin, le National de Nantes a été un élément fédérateur des éleveurs.
© AA

Comment évoluent les effectifs du Herd-book en Pays de la Loire ?
Philippe Dru :
À l’inverse de ce qui se passe au niveau national, les indicateurs sont à la hausse dans notre région. Actuellement 4 080 vaches sont inscrites en Pays de la Loire, soit une progression de 14 % par rapport à 2008. Nous maintenons le nombre d’adhérents à 133, comme l’année dernière. En 2009, nous avions gagné sept nouveaux adhérents. Les éleveurs sont motivés, notamment grâce à l’effet “National”. L’organi-sation de ce concours en septembre dernier, à Nantes, a été une belle aventure humaine qui a fédéré les troupes. En témoigne la participation à l’assemblée générale de vendredi dernier à Saint-Jean-sur-Erve, en Mayenne, où un élevage sur trois était représenté.

Quels atouts présente la limousine en période de crise pour la viande bovine ?
Nous pouvons compter sur nos fondamentaux, comme la facilité de vêlage et la qualité de la viande reconnue dans le monde entier. Le label Blason prestige contribue à cette reconnaissance. Du point de vue des débouchés, quelques signes
précurseurs nous font penser que l’export va se requinquer. Il faut savoir aussi que l’on est la seule race allaitante à être entrée dans la voie de la génomie.

Comment envisagez-vous le développement de la génomie ?
Aujourd’hui,  2 000 taureaux limousins sont génotypés. La race a son propre centre de recherche, à Lanaud (Haute-Vienne), où deux chercheurs travaillent sur le sujet, au service de la limousine. Les éleveurs l’ont redit lors de l’assemblée  générale, ils ont la ferme intention d’exister, de garder ce patrimoine entre leurs mains, et non pas le laisser dilapider par des gens qui se feraient de l’argent sur notre dos. En revanche, nous sommes ouverts à toutes propositions pour travailler sur la génomique, par exemple avec d’autres races afin de mutualiser des coûts de recherche. Mais à condition que les autres reconnaissent le travail que nous avons effectué et que l’on reste maîtres de nos choix de recherche.

Dans quel sens évolue l’indexation Iboval ?
La race limousine est appréciée des bouchers pour sa qualité et la finesse des os. C’est pourquoi, il y a deux ans, une contrainte sur la finesse du canon avait été introduite dans le développement squelettique. Désormais, ce critère Fos (finesse d’os) sera dissocié du développement squelettique.

Recueilli par S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’impact des champs électromagnétiques sur les animaux d’élevage
Le député Modem du Maine-et-Loire, Philippe Bolo, vient de produire un rapport parlementaire sur l’impact, encore mal connu, des…
Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités