Aller au contenu principal

FNPFruits
Il reste à faire pour assurer un avenir à l’arboriculture

La contractualisation, enjeu de 2011, a été évoquée au congrès de Dax (Landes) les 26 et 27 janvier.

“Il reste la moitié du chemin à parcourir, l’autre moitié c’est le travail permanent” indique le ministre de l’Agriculture, Bruno Le Maire.
“Il reste la moitié du chemin à parcourir, l’autre moitié c’est le travail permanent” indique le ministre de l’Agriculture, Bruno Le Maire.
© E. Demange

“L’année 2010 aura été une année riche pour la production fruitière française, riche de débats, riche de discussions, riche d’évolutions mais malheureusement pas forcément riche en euros”. C’est avec ces termes que Bruno Dupont, président de la FNPF, a souhaité entamer son discours de clôture du 65e congrès des producteurs de fruits.
“Évidemment, et heureusement, la plupart des campagnes 2010 ont été meilleures que celles de 2009. Le contraire aurait été désastreux tant la crise de 2009 a fait de dégâts et marque encore les esprits et les trésoreries”.

Baisse du coût du travail
Des avancées ont été obtenues en 2010, notamment pour améliorer la compétitivité des entreprises. La réduction complémentaire pour les travailleurs occasionnels est un premier pas dans le bon sens, mais cette mesure doit être pérennisée. De plus, comme l’indique le ministre de l’Agriculture “Il reste la moitié du chemin à parcourir, l’autre moitié c’est le travail permanent”. Pour répondre à cette problématique, le ministre attend des propositions concrètes et constructives de la profession par le biais d’un rapport confié à Bernard Reynes, député des Bouches du Rhône. “L’objectif est d’expérimenter rapidement ces propositions dans des filières qui en ont le plus besoin, comme la vôtre”.

Moraliser la commercialisation
Hasard du calendrier, la Loi de modernisation de l’agriculture, en souhaitant moraliser les relations commerciales, interdit les remises, rabais et ristournes sans contrepartie réelle au 28 janvier 2011. La FNPF reste prudente sur ce sujet car la grande distribution est créative. “Aussi revient-il à l’État de définir de manière exhaustive ce que peuvent être ces contreparties concernant nos produits”.
La LMA instaure également la mise en place de la contractualisation pour le secteur des fruits et légumes à compter du 1er mars 2011. La FNPF y est favorable. Pour le ministre, “le contrat, c’est un changement de culture pour tous les paysans français. Je n’ai jamais prétendu que le contrat serait une garantie de revenus élevés, c’est de la stabilité et de la visibilité”. Pour accompagner les producteurs, l’interprofession doit travailler à la rédaction de contrat type et à “la création d’indicateur permettant d’avoir une meilleure connaissance des marchés en temps réel, voire être des références pour la construction des prix des contrats”, a conclu Bruno Dupont.

Hélène PAUCET, FRPF

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Les mesures qui impactent l'agriculture
Issue des propositions de la convention citoyenne, la loi Climat a été adoptée par une large majorité en 1ère lecture à l’…
Souveraineté alimentaire : j’invite tous les agriculteurs à se connecter le 18 mai
En vue du colloque sur la souveraineté alimentaire qui aura lieu le 18 mai, en présence d'Emmanuel Macron et Julien Denormandie,…
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités