Aller au contenu principal

Il veut faire changer les règles

JA Pays-de-la-Loire a élu, jeudi dernier, l’Angevin Matthieu Herguais, président du syndicat pour les deux prochaines années.

Matthieu Herguais s’occupe surtout des cultures et de toute l’administration de son exploitation, à Saint-Georges-sur-Loire (49).
Matthieu Herguais s’occupe surtout des cultures et de toute l’administration de son exploitation, à Saint-Georges-sur-Loire (49).
© AA

A 31 ans, Matthieu Herguais vient d’être élu, pour deux ans, président de JA Pays-de-la-Loire. Il est de ceux qui ont «  à cœur que les agriculteurs puissent vivre dignement de leur métier. » Il est installé depuis le 1er janvier 2008 au Gaec de la Touche à Saint-Georges-sur-Loire. Ce qu’il aime dans l’agriculture ? «  Avoir un métier large. On fait tellement de choses différentes… Du bricolage à l’élevage. » Eleveur en lait et viande, avec 220 hectares, comme les autres, il subit la crise. « Avec mon père et mon frère, nous avons fait le choix de diversifier nos productions. Ne pas mettre tous nos œufs dans le même panier. » Mais aujourd’hui, il ignore s’il s’agit de la meilleure stratégie. Son optique de travail : « adapter le niveau de production aux performances agronomiques. » Le Gaec est autonome en céréales et en énergie, « mais nous sommes encore toujours trop dépendants des apports protéiques ».
Pour le jeune éleveur, s’engager c’est aussi travailler « à sortir d’une situation où les agriculteurs ne récoltent que les miettes de leur produit. » Pour lui, « cette situation n’est pas tolérable. » Face à cette crise, pas de découragement, plutôt de la détermination. « Je suis convaincu que l’on peut tirer les prix vers le haut. » Suite aux différentes tables rondes avec les acteurs des filières d’élevage, le nouveau président est optimiste : « un cap a été franchi pour les productions avec des signes de qualité. La contractualisation va pouvoir se mettre en place.» Mais pour les produits de grande masse, le responsable est plus prudent : « le travail sera plus long, les transformateurs et les distributeurs se complaisent dans le système actuel. » Selon lui, le prix rémunérateur reste la clé de voûte pour favoriser l’installation. « Pas de rémunération, pas d’installation. Les jeunes ont besoin de plus de lisibilité pour s’installer. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
" Traquer les prix hors la loi "
Interview de Frédéric Vincent, responsable du dossier lait à la FDSEA.
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
La fibre et les haies
Suite à une première levée de bouclier au mois de novembre, un collectif de 13 organisations syndicales et associatives du Maine-…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités