Aller au contenu principal

Influenza aviaire : des dommages collatéraux pour Grimaud frères

Avec la propagation de l'influenza aviaire, toute la filière foie gras est fragilisée. En Maine-et-Loire, Grimaud frères, acteur majeur en amont de la filière, en ressent déjà les conséquences...

Le Sud-Ouest, là où se concentre actuellement l'épidémie, représente 70 % des ventes de canetons mulards de l'entreprise Grimaud frères.
Le Sud-Ouest, là où se concentre actuellement l'épidémie, représente 70 % des ventes de canetons mulards de l'entreprise Grimaud frères.
© AA

Le Maine-et-Loire demeure encore indemne de cas d'influenza aviaire... Pour autant,  le virus a déjà un impact sur le département. Car c'est toute la filière foie gras déjà fragilisée qui est mise à mal avec cette nouvelle crise sanitaire. A Sèvremoine, Grimaud frères, entreprise de sélection avicole et d'accouvage, en paie les frais... Elle travaille en amont de la filière. L'entreprise d'accouvage produit 25 % de ses oeufs de canard mulard en interne et 75 % en prestation. Elle produit aussi des canes reproductrices. Le Sud-Ouest, là où se concentre actuellement l'épidémie, représente 70 % des ventes de canetons mulards de l'entreprise.  « Dans la filière foie gras, nous travaillons un an en avance », explique Yann Le Pottier, directeur général de Grimaud frères. Les abattages qui ont eu lieu ces dernières semaines ont complètement désorganisé la filière.
« Cette crise sanitaire nous demande de nous réorganiser quotidiennement. » Avec les abattages et les vides sanitaires, le nombre de mise en place est drastiquement réduit. « Nos clients compensent en mettant dans des élevages vides. Mais bientôt, il n'y aura plus d'élevages disponibles. »  Résultat : déjà des oeufs ont été cassés, des canetons détruits et des cheptels de femelles reproductrices proches de la réforme abattus...  

Des conséquences à l'export
L'épizootie a aussi un lourd impact sur le marché export de l'entreprise des Mauges.
Le sélectionneur se voit dans l'impossibilité d'exporter sa génétique dans de nombreux pays. « Après 3 ans de négociations, le marché de la Chine venait à nouveau de s'ouvrir début novembre. Au bout d'une semaine, avec l'influenza aviaire, il s'est refermé », constate le directeur général. Autres marchés fermés : « celui de la Corée, de Madagascar, des pays d'Afrique... » Les frontières d'autres pays ne sont pas officiellement fermées mais les licences d'importations sont très complexes à obtenir. Comme la Malaisie, le Japon ou encore la Thaïlande. Pour rappel, en 2018, le marché export représentait plus de 20 % du chiffre d'affaires de Grimaud frères (54,7 millions EUR).
A cela s'ajoutent d'autres destinations fermées à cause des restrictions liées à la propagation du Covid-19. « Les 2 crises se cumulent l'une sur l'autre et nous sommes très affectés », constate Yann Le Pottier. Des compensations seront versées à terme par l'Etat pour la crise Influenza aviaire. « Mais rien n'a été prévu pour les pertes occasionnées avec la crise Covid », regrette le directeur général.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’automate simplifie l’alimentation des bovins et aussi des caprins
Lors d’un webinaire organisé par le Lely Center Cholet, le Gaec de la Lisière du bois a témoigné de son utilisation d’un robot…
Cibler les adventices pour utiliser moins de produits phyto
Mercredi 26 mai, à Saint-Macaire du Bois, les équipes Berthoud ont présenté leur nouvelle solution de pulvérisation ultra…
Valentin s'installe dans une ferme laitière en pleine mutation
 A 25 ans, Valentin Leclerc s’est installé au 1er janvier avec son père Emile, qui élève des normandes à Saint- Martin-du-Bois,…
Savoir faire preuve d’opportunisme pour sécuriser ses fourrages
Eleveur de vaches laitières en bio au Louroux-Béconnais, Fabien Leprêtre cultive depuis longtemps du méteil pour l’ensilage.…
Un, deux, trois... ou zéro fongicides ?
Mercredi 2 juin, la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire a organisé une visite d’un essai variétés blé tendre x fongicides…
Peu connue, la silphie s’avère intéressante pour la méthanisation
Pour alimenter son méthaniseur, le Gaec des Fritillaires a implanté, l’année dernière, 2 hectares de silphie. La première récolte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités