Aller au contenu principal

FCO
Informer pour désinsectiser

Un plan d’action mis au point pour mobiliser les éleveurs sur la conduite à tenir.

Zone en jaune pâle :
périmètres interdits déjà en place.

Zone en jaune vif :
nouveaux périmètres interdits.

Zone en bleu : zone réglementée.

Zone en bleu hachuré :
nouvelle zone réglementée.
Zone en jaune pâle :
périmètres interdits déjà en place.

Zone en jaune vif :
nouveaux périmètres interdits.

Zone en bleu : zone réglementée.

Zone en bleu hachuré :
nouvelle zone réglementée.
© AA

Avec l’avancée inexorable de la fièvre catarrhale, l’ensemble du département de Maine-et-Loire est désormais en zone réglementée, ainsi que le montre la carte ci-dessus (avec mise à jour régulière sur le site web www.anjou-agricole.com). Face à cette progression pandémique, l’ensemble des OPA, les organismes d’élevage (Génoé, GDS, EDE, Bovicap) et les organisations syndicales, tous clivages confondus, ainsi que la DSV (Direction des services vétérinaires), le GTV (Groupement technique vétérinaire), le laboratoire vétérinaire départemental et la DDAF, se sont réunis pour mettre au point une démarche commune. « Il est essentiel de réduire au maximum l’impact de la FCO dans le département », a indiqué Pascal Gallard au lendemain de la réunion qui se tenait à la Maison de l’agriculture, mardi soir.
Un courrier co-signé sera adressé à l’ensemble des éleveurs bovins, ovins et caprins du département pour les inciter à aller aux différentes réunions cantonales du GDS qui traiteront du sujet (voir ci-dessous). À cette occasion, une fiche technique sera distribuée qui reprendra conseils et préconisations en matière de prophylaxie et de traitement des animaux et des bâtiments. Des informations pratiques seront également diffusées régulièrement par le canal de L’Anjou agricole. On s’achemine vers un traitement de longue haleine – et coûteux : on estime la somme à 500 euros pour un cheptel bovin d’une centaine de têtes. « Même si l’hiver peut freiner la propa-gation de la maladie, on sait pertinemment qu’il faudra traiter au printemps, poursuit le responsable professionnel, mais dès à présent, il faut que tout le monde se sente mobilisé ».    

M.L.-R.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
" Traquer les prix hors la loi "
Interview de Frédéric Vincent, responsable du dossier lait à la FDSEA.
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
La fibre et les haies
Suite à une première levée de bouclier au mois de novembre, un collectif de 13 organisations syndicales et associatives du Maine-…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités