Aller au contenu principal

interview de Pascal Laizé, Président de la commission environnement eau de la FDSEA
Irrigation : le pire a été évité, mais la campagne n’est pas terminée

Pascal Laizé
Pascal Laizé
© Anjou agricole
Cette année, les restrictions de prélèvements d’eau ont été précoces et généralisées sur le département. Comment s’est déroulé ce début de campagne d’irrigation ?
Pascal Laizé : Une baisse prononcée des débits des cours d’eau a été constatée dès avril-mai et s’est poursuivie jusqu’en juillet. Les nappes sont également à des niveaux exceptionnellement bas. La Chambre d’agriculture a donc mené une estimation des besoins en eaux superficielles et des capacités de prélèvement sur les bassins les plus critiques, pour anticiper les passages en-dessous des seuils réglementaires de restriction puis d’interdiction de prélèvements. Une communication avec l’administration et les associations environnementales a également été menée. Nous avons alerté le préfet sur le caractère très critique de la situation en juin. Puis, avec des responsables de la FDSEA, de JA et de la Chambre d’agriculture, nous l’avons à nouveau rencontré à deux reprises en juillet. Il s’agissait de lui présenter les quantités nécessaires en eau pour limiter la perte sur les cultures, et des propositions de gestion des débits. Nous avons été entendus : nous avons abouti à des mesures de compromis, pour sauver les cultures tout en préservant un débit dans les cours d’eau suffisant pour la vie aquatique et les usages prioritaires. Cela s’est traduit, pour chaque bassin, en concertation avec les irrigants, par des tours d’eau, et des limitations de prélèvements volontaires. Nous savons déjà que les rendements ne seront pas optimisés, mais nous avons évité le pire. La Fédération de Pêche et la Sauvegarde de l’Anjou ont été informées de nos demandes et des mesures prises.

À partir de mi-juillet, la pluviométrie a donné un peu de répit aux irrigants. Comment s’annonce le mois d’août ?
Mi-juillet, nous avons effectivement vu le débit de la Loire et des ses affluents remonter. Mais malheureusement, depuis le 25 juillet environ, une nouvelle baisse est amorcée. Même si les besoins des cultures en eau ont un peu diminué, rien n’est encore gagné pour les semaines qui viennent. Nous allons poursuivre notre travail d’anticipation et de négociation pour mener les cultures jusqu’au bout.

Peut-on déjà tirer des enseignements de cette campagne difficile pour les prochaines années ?
D’abord, on peut constater que l’anticipation et la concertation ont payé. Sur les bassins où une gestion collective est déjà en place, nous voyons l’efficacité du système pour gérer au mieux la ressource. Nous avons la volonté d’étendre ce type d’organisation, notamment sur le bassin de l’Authion, pour sécuriser l’accès à l’eau. Enfin, l’expérience de la mise en place des tours d’eau montre qu’elle nécessite une bonne connaissance des besoins des irrigants et de leur capacité de prélèvement d’eau.
PROPOS RECUEILLIS PAR MARIE CALMEJANE, FDSEA
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités