Aller au contenu principal

Irrigation : une deuxième vie pour la carrière d’argile

A La Séguinière, une ancienne carrière est devenue réserve d’irrigation pour 4 exploitations en polyculture-élevage.

Alexis Brochard, du Gaec du Carroil, partage cette réserve avec des exploitations de Bégrolles-en-Mauges : le Gaec des Liboreaux, l’EARL des Noisetiers, et Jean-Paul Lambert.
Alexis Brochard, du Gaec du Carroil, partage cette réserve avec des exploitations de Bégrolles-en-Mauges : le Gaec des Liboreaux, l’EARL des Noisetiers, et Jean-Paul Lambert.
© AA

A l’Ouest de Cholet, des terres agricoles sont régulièrement louées par la briqueterie Bouyer-Leroux pour y creuser des carrières d’argile. Lorsque la carrière de l’épinette a cessé d’être exploitée,  le propriétaire, un ancien agriculteur du Gaec du Carroil, a proposé à ses successeurs de bénéficier du site pour arroser leurs cultures. « C’est dans la logique des choses, explique Alexis Brochard, un des associés du Gaec. Cela permettait de transformer une contrainte (le mitage du territoire par des carrières) en une opportunité ». L’agriculteur a proposé à 3 autres fermes de partager l’eau et c’est ainsi que le projet de réserve collective est né. Depuis l’été 2020, les agriculteurs regroupés en Association syndicale libre d’irrigation (ASLI),  irriguent à partir de cette réserve de 150 000 m3, et ce grâce à un réseau de 7 km de canalisations. 250 hectares sont potentiellement irrigables et 90 hectares ont été effectivement arrosés l’été dernier.


Un appui précieux pour le dossier
Le projet aura coûté au total 180  000 euros et aura nécessité d’importantes démarches administratives. « Un appui extérieur était indispensable pour le mener à bien, explique Alexis Brochard. Nous avons été aidés par Michel Chauvin, conseiller de la Chambre d’agriculture de Vendée. Celui-ci a mis autour d’une table tous les acteurs, notamment  les administrations, qui avaient tendance à repasser la balle, à savoir la Dreal, qui est responsable des carrières pendant leur exploitation et la DDT, compétente par rapport aux prélèvements d’eau. Nous avons ainsi pu faire avancer le dossier et obtenir une autorisation préfectorale ». Il a fallu modifier la vocation de la carrière, qui était au départ destinée à devenir un plan d’eau de loisirs.

S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Protéger les tournesols des oiseaux
Le Gaec de la Coudre utilise depuis 3 ans un canon Tonnfort 5 sur ses parcelles de tournesols. Le but : lutter contre les…
Le chantier de l’unité Doué-Métha enfin sur les rails
Dix ans après le début du projet, le chantier de l’unité de méthanisation collective du Douessin a démarré à Concourson-sur-Layon…
Roulage avant semis de maïs dans la luzerne
A Pruillé (Longuenée-en-Anjou), Samuel Aubert cherche à concilier agriculture biologique avec agriculture de conservation des…
Une météo idéale pour les semis
Le Gaec du Thouet a commencé les semis de maïs depuis la semaine dernière. A Bouzillé, depuis 2 ans, l’exploitation en…
Cultures : la pluie se fait attendre...
Le déficit hydrique commence à inquiéter les agriculteurs du Maine-et-Loire.
Influenza : organiser le repeuplement
Le Cravi a tenu une réunion vendredi 6 mai à Angers en présence de la Draaf. Le début du repeuplement est programmé pour début…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois