Aller au contenu principal

Jérôme Despey : « il n’est plus tenable que les viticulteurs ne s’assurent pas »

Après l’épisode de gel important qui a impacté les vignobles français la semaine du 17 avril, le secrétaire général de la FNSEA, Jérôme Despey, dresse un premier bilan et insiste sur la nécessité d’avancer vers un système assurantiel plus incitatif, nécessaire à l’avenir du secteur viticole.

© jc gutner

"Nous faisons face à un épisode de grande ampleur, explique Jérôme Despey. Avec un gel de printemps important sur le territoire national. La côte atlantique est plutôt épargnée, mais toute la façade allant du Grand Est au Sud, la Champagne, l’Alsace, la Bourgogne, le Massif Central, le Jura, l’Occitanie, ont été très affectés. Dans les départements de l’Aude et l’Hérault, ce sont plus de 20 000 hectares qui ont été touchés par le gel, soit 20 % du potentiel de production, ce qui est énorme. Pour certains viticulteurs, les pertes vont jusqu’à 100 %. La filière viticole va payer un lourd tribut à cet aléa climatique… Et avec les températures prévues cette semaine, le premier bilan pourrait être alourdi par un nouvel épisode de gel."

"Il n’est plus tenable aujourd’hui que les viticulteurs ne s’assurent pas, car avec la répétition des accidents climatiques, cela conduit à des situations économiques difficiles et à une fragilité pour un certain nombre d’entre eux", affirme le secrétaire général de la FNSEA.

Gel dans les vignobles et vergers : le ministère se prépare à des mesures d’indemnisation

Le ministère de l’Agriculture se prépare à des mesures d’indemnisation des producteurs après le gel de la nuit du 19 au 20 avril dans les vignobles et vergers, indique-t-il dans un communiqué publié le 24 avril. Les pertes de récolte arboricoles pourront être compensées par les calamités agricoles. Dans le secteur viticole, les pertes de récolte ne relèvent pas du régime des calamités agricoles, « mais ce dernier pourra être activé pour les pertes de fonds, si les dommages impactent la récolte 2018 ». De plus, Stéphane Le Foll a demandé aux préfets « de tout mettre en place pour que les exploitants concernés » puissent bénéficier des mesures comme l’accès au chômage partiel pour leurs éventuels salariés, le dégrèvement de la taxe sur le foncier non bâti et le report du paiement des cotisations sociales.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le prix des terres et prés agricoles
Tour d’horizon de l’évolution des prix des terres agricoles pour chaque département de la région Pays de la Loire.
Le robot danois qui sème et désherbe tout seul
Le robot Farmdroid, homologué pour travailler en autonomie sur la parcelle, sème et bine. Une alternative à l’usage de produits…
Le Préfet met la pression sur le sanglier
 Le Préfet a réuni le 27 septembre les représentants agricoles et des chasseurs pour faire le point sur le dossier dégâts de…
« Des conditions idéales pour semer »
Avec la météo favorable, les semis de blé ont démarré depuis la semaine dernière dans le Maine-et-Loire. Reportage au Gaec…
Donner des clés pour s’installer
160 élèves de formation agricole ont arpenté le forum à l'installation, jeudi 14 octobre, au Gaec des Mardreaux au Fief-Sauvin.
Un troupeau plus adapté à la demande
 L’assemblée générale du syndicat limousin 49 s’est tenue à Vezins, mardi 28 septembre. L’occasion de visiter l’EARL Blaiteau.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités